Xi’an & Fête Nationale

Pour les habitués du blog, il ne vous aura pas échappé que j’ai récemment fait allusion à la fête nationale chinoise. Autant vous renvoyer directement à la page Wikipedia, largement plus instructive qu’une pale tentative d’explication de ma part. Pour faire court, cette période de congés est consécutive à l’anniversaire de la proclamation de la République Populaire de Chine par Mao Zedong les 1er et 2 octobre 1949.

En pratique, c’est l’une des 2 périodes de l’année (avec le nouvel an) où toute la Chine décide de partir en vacance en retournant auprès de la famille. Généralement 3 jours sont donnés en plus de 1/2 jours fériés, permettant ainsi de faire un « pont » d’une semaine complète. Je vous laisse imaginer le mouvement de foule.

J’habiterais dans une ville lambda, ça se verrait quasiment pas…mais j’habite Xi’an, qui est l’une des villes avec l’un des plus haut potentiel touristique. En vrac : L’armée de terre cuite enterrée de l’empereur Qin, la Grande et la Petite Pagode de l’Oie Sauvage, les remparts de la Ville, le plus grands mont Taoiste (la Montagne Hua), le Temple Famen, le musée historique du Shaanxi…bref, une grosse partie de la Chine se rue sur Xi’an.

Une chose est sure, c’est qu’il ne faut pas être agoraphobe dans cette situation. Encore une fois, c’est ce qui fait toujours le charme de la Chine même si je conçois que cela puisse rendre passablement nerveux. Toutefois, je me suis dit que c’était aussi un bon moment pour « communier » avec tout ce monde, en visitant un peu les coins plus « classiques » de la ville. Car oui, Xi’an n’est pas une ville simplement touristique. Elle présente toutes les stigmates de la ville chinoise par excellence : quadriée, poussiéreuse avec une architecture urbaine similaire à toutes les autres villes que j’ai pu visiter, que ce soit Zhengzhou ou encore Beijing. Tout est bien « harmonisé », rien ne dépasse pour que Xi’an soit si différente de n’importe quel autre faubourg.

Malgré la cohue, la rythme de la vie reste le même, et même à 16h00 il est tout à fait normal de déguster des nouilles froides épicées en guise de « gouter ».

Sans oublier le petit pain à la viande

Nan, vraiment il y’a un art de vivre à la chinoise au quotidien! On prend ou on ne prend pas le plie. Je ne considère par l’avoir tout à fait pris mais je m’en approche car très sincèrement, j’aime ça.

Un petit coucou de la Tour de la Cloche (中楼)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s