Qu’est ce qu’on mange ? (Un week end d’échange gastronomique 2e partie)

Comme je l’indiquais hier, en revenant du marché, mon « partenaire de langue » 刘帅 a acheté quelques trucs bizarres dans une échoppe. Me demandant si j’allais aimer tels ou tels trucs, j’opinais de la tête à chaque fois, sans trop savoir de quoi le repas serait fait. De toute façon, j’avais faim donc j’étais en mode « Coline » : nourrissez-moi quoi qu’il m’en coute….et il m’en a couté! (bah ouais, sinon c’est pas drôle!).

Nous arrivons donc à la maison et le loulou se fout au fourneau pendant que j’écoute de la musique de sauvage. Nous voici donc en présence de deux plats et de deux accompagnements. Le premier plat étant du bœuf sauté aux poivrons rouge et vert (classique mais efficace), l’autre une friture de tiges (assez comparables à de l’ail) avec de l’œuf haché (très savoureuses aussi…les tiges^^). Pour le premier accompagnement il s’agit en fait de nouilles cuites froides (glop glop), d’algues épaisses (bof) et de tranches de racines de lotus (miam). Le tout largement arrosé d’un piment plus que traitre puisque c’est qu’après une minute de mastication que cette saloperie vous ruine la bouche et le palais…à vous en faire tomber la mâchoire. Mais reste encore le second accompagnement…

Notez les 馒头 en accompagnement…franchement on voit pas le piège venir

 

La cerise sur le gâteau sera une partie du corps de la volaille que seul les chinois ont eu l’idée de bouffer, et de trouver ça bon en plus! Mon grand père m’avait déjà fait le coup avec le cou du poulet (petite allitération pour les érudits, je vous laisse savourer), mon cher David LI m’avait également fait le coups à l’Université avec les pattes de poulet grillées, mais alors là….

LA TÊTE DE CANARD AU PIMENT!!!!!!

Eeeeeh oui, ils ont osé!! Y’a rien a bouffer, que de l’os, du bec, et du cartilage mais c’est pas grave, on te vend ça comme un met exquis. Après avoir tenté de décortiquer la bête en en foutant la moitié partout, j’ai simplement été dégouté (et 刘帅 également) par la dose de piment qui rendait juste la consommation de la tête de canard quasiment impossible (je vois déjà Greg me parlait du piment du Sichuan…va chier!!^^). Tu me diras, on devrait pas trop faire les fiers en France parce qu’avec nos pieds de porcs à la vinaigrette, j’estime que c’est le même topo! A bon entendeur, COIN! (et bon appétit bien sur!)

Publicités

3 réflexions sur “Qu’est ce qu’on mange ? (Un week end d’échange gastronomique 2e partie)

  1. Pingback: Que retenir de la Chine ? | Le Dernier Soldat de Xian

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s