Qu’est ce qu’on mange ? (A Shanghai)

Ma venue sur Shanghai m’a permis de redécouvrir les joies d’une spécialité locale : les 小笼包 (Xiao Long Bao) ou  » Petit sachet à la vapeur« . Initialement originaire du Zhejiang (浙江)  (Hangzhou 杭州 plus précisément), cette spécialité est très souvent raccrochée à la cuisine shanghaïenne. Il s’agit d’une variante des raviolis, tels que nous les connaissons en Europe à ceci près que les 小笼包 contiennent également un fond de « soupe » dans lequel baigne la garniture…un pure délice!! Tout comme les raviolis, les types de farce sont aussi multiples que variées, s’accommodant des goûts du moment, parfois très occidentaux (comme le 小笼包 à la truffe, délicieux!).

Il existe en Asie une chaîne de restaurant spécialisée dans les 小笼包, il s’agit de Din Tai Fung . Chaine de très haute qualité vu qu’elle s’est faite décerner une étoile au guide Michelin, fait rarissime!

Les portes du bonheur

Les portes du bonheur

Hélas, cette chaîne n’est pas présente en Europe, tout du moins en France, dommage. Leur grande spécialité étant le 小笼包 au porc-vapeur : classique mais efficace.

 

Au porc...

Au porc…

...et à la truffe!!

…et à la truffe!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une qualité culinaire à se rouler par terre, croyez moi. Par contre, la qualité se paie un peu au prix fort : 58Y le panier de 10 小笼包 au porc vapeur. Mieux vaut donc être plusieurs autour de la table pour partager les frais, et les saveurs. A ne surtout pas manquer dans tous les cas, vous en trouverez à Shanghai, à Beijing, à Hangzhou, à Hong Kong etc…

Shanghai, une Chine comme une autre…

Me revoilà de passage sur Shanghai pour les vacances de Noël, entre le 20 et le 27 décembre 2012. Gentiment invité par des amis, je profite de l’éloignement de Xi’an pour faire un peu le break avec ce grand village tellement chinois qu’est cette ville. Shanghai, son côté cosmopolite et international assumé lui donnant un petit aspect occidental, je pensais me ressourcer…pas vraiment en réalité. J’avais déjà eu l’occasion de visiter Shanghaï l’année dernière, avec Me David LI en guide éclairé (et eclairant). J’ai eu le plaisir de visiter une ville telle que les cartes postales ne nous la montre pas tout en découvrant les attraits réels de cette mégalopole. Attraits proches de villes comme Hong Kong….et qui n’ont que très peu d’effets sur moi à vrai dire.

Car oui je ne suis pas du tout fan de Shanghai. Loin du quasi dégout que provoque en moi Hong Kong, Shanghai n’en reste pas moins une gigapole agrégeant tout ce que je n’aime pas : sa richesse insolente et grossièrement  affichée, son foisonnement d’expatriés en quête d’exotisme (mais pas trop!), son déni de réalité sociale… . Donc oui, je préfère de loin Xi’an à Shanghai même si je trouve quelques intérêts à cette dernière. Je vous ferais partager les photos de mes précédents voyages pour tout ce qui est des lieux comme le Bund, 南京路 et ses commerces aux lumières outrageantes ou encore la Concession Française…je n’ai pas l’intention d’y retourner.

Mais commençons la visite par un aperçu depuis la chambre de mes amis:

Shanghai, la vraie

Shanghaï, la vraie

C’est clair que ça contraste avec les belles mamages (« image », en langue parent gaga débile d’enfant de moins de 3 ans) du Bund ou encore de la Concession Française. Mais c’est aussi ça Shanghai : une métropole comme une autre, avec son smog quasi-permanent, ses bidonvilles, ses grattes ciel d’habitations. Non pas que je me gorgeonne de ces paysages ou encore de la pauvreté, non! En fait tout dépendra de l’image et de la perception que vous souhaitez vous faire mais j’ai l’impression que les tenants de la ligne  » la Chine c’est surtout Shanghai-Hong Kong – Beijing » tiennent souvent la barre. Ce genre de villes de doit pas devenir un paravent  de mémoire collective, oubliant la magnificence de son histoire et de ses errements passés.

Bref, le lendemain de mon arrivée, je vais chercher mon billet de train pour le retour (16h de couchettes, ça annonce un reportage explosif…ou pas), et j’en profite pour visiter le bidonville en question.

"Les Portes de l'Enfer"....vraiment ?

« Les Portes de l’Enfer »….vraiment ?

Point de glamour dans ce bas monde mais plutôt une micro ville dans la ville. Un vrai quartier tortueux (et torturé) au Nord de la grande artère qu’est 陆家浜路 (Lu Jia Bang Lu), proche de 浦东 (Pu Dong). Mais j’y découvert une vie réelle et organisée, plus proche de l’idée que je me fais d’une grande ville ne semblant pas trop se préoccuper de ses « laissés pour compte ». Les Chinois pauvres, un peuple malheureux ? Hé bien figurez vous que non et c’est bien ce qui caractérise les Chinois en général : le sourire et la gaieté comme rempart à la Vie. Ici un marché typique, loin de canons de l’hygiènisme occidental

Un marché comme un autre

Un marché comme un autre

Là un « bouiboui » pour y déguster un riz cantonnais bien réconfortant en ce temps particulièrement humide.

Boui...

Boui…

...boui

…boui

 

 

 

 

 

 

 

 

Là c’est sur, par un étranger si ce n’est bibi en chef. Une petite ballade en me perdant pour de faux (mais pour de vraie en fait, merci le GPS) pour ressentir cette Chine, ivre de vie, non encore standardisée selon les normes occidentales de la réussite en Société. On s’y plait à se balader, à sourire devant les Chinois qui n’osent même pas vous aborder par un tonitruant « HALLO!! » (Hello, en Chinglish) tout en vous regardant un peu interloqué par votre présence ici. En attendant, la vie continue et je restais un client potentiel pour eux, un curiosité de 5 secondes quoi!

Mais je dois quitter peu à peu ce paysage certes de pauvreté, mais qui semble encore sentir une forme d’humanité qui n’a pas été tuée sous l’arrogance étouffante qui semble parfois se dégager de Shanghai…dommage!

L'Europe ? Non, la belle Shanghaï

L’Europe ? Non, la belle Shanghai

Que retenir de la Chine ?

Voici un petit post de rattrapage pour ceux qui n’auraient pas suivi mes frasques depuis l’origine (des temps). Une manière pour moi de vous faire petit « cadeau » avant les belles fêtes merdiques de Noël. La Chine a récemment renforcé sont grand « Firewall » rendant mes connexions, même aidées d’un VPN, assez incertaines. Tant que je peux, je poste! Je pars dans 2 jours pour Shanghai et espère pouvoir vous faire partager ma vision du chemin que semble prendre la Chine actuellement…Un chemin uniforme ?

Mais au fait, que pouvons nous retenir de la Chine ?

  • En ce qui me concerne, je m’acclimate très bien : la lutte des classes contre le froid n’a plus de secret pour moi, ni même les innombrables procédures qui jonchent la vie de tout résidant en Chine : ca va de l’école, en passant par la banque etc… Sont tamponés ces gens là! Je dirais bien un « Ils sont fous ces Chinois« , mais Obélix est parti en Belgique, c’est moins drôle! Je passe toujours des moments de plaisir à suivre les cours de chinois, parfois classiques, parfois plus « exotiques » mais toujours….tellement chinois

Au cas où donc vous ne recroiseriez pas ma plume 2.0 avant Noël, je vous souhaite de bonnes fêtes de fin du monde pour le 21 décembre 2012. Pour les survivants ou les mécréants, on se retrouvera avant la vraie fin du monde, le 31 décembre 2012. Et sinon, au prochain post depuis Shanghai surement.

Encore un grand grand merci à vous tous qui prenaient (ou pas, mais on s’en fout) le temps de lire. Encore un plus gros merci pour ceux qui daignent lâcher leurs COMZ’S! Et merci enfin à ceux dont j’ignore l’identité, mais qui semblent suivre mes pérégrinations (souvent par accident, ne nous voilons pas la face…merci Google Search -_-) depuis le bout du monde. Faîtes moi part de votre humeur, fusse-t-elle exécrables, c’est souvent la plus pure!

Zoubi bande de vinch! (je vais vomir, tant de guimauve m’étouffe)!

Tribute "Team Tonton 2012"...tout ce blabla ne vaut pas un bon Triathlon

Tribute « Team Tonton 2012″…tout ce blabla ne vaut pas un bon Triathlon

Qu’est ce qu’on mange ?

Pour aujourd’hui, je ne vais hélas pas être très original en terme de plat présenté. Par contre, le plat en question fait parti des in-con-tour-nables de la cuisine chinoise. Vous le retrouverez dans quasiment tous les restaurants « généralistes », s’entend non spécialisés comme par exemple les restaurants de nouilles (兰州拉面), les « Hot Pot » (火锅) etc. Il s’agit ni plus ni moins que de 西红柿炒鸡蛋 (Xi Hong Shi Chao Ji Dan) ou littéralement « Tomates aux œufs frits« . Derrière cette évocation un peu bizarre, il s’agit en réalité d’un plat extrêmement simple et qui peut se faire facilement avec les produits occidentaux du quotidien. Vous trouverez des recettes sur internet mais en gros c’est comme une omelette déstructurée, à la tomate, voilà! Pas de quoi casser trois pattes à un canard, il n’y a même pas de sauce soja à ajouter. Après selon les régions, certains y mettent du piment, d’autres rajoutent du glutamate ou encore des champignons noirs.

Enfin, je ne me lassais pas de sourire quand nos professeurs vantent la particularité et la « singularité » chinoise de ce plat. En réponse à pareils propos, je ne me lassais pas de leur balancer dans les dents qu’en France on ne se gargarise pas autant, devant de simples œufs battus passés à la poêle ; même topo en Espagne avec la tortilla aux pommes de terre.

"Qui veut de l'omelette à la tomate ?" oups pardon, des 西红柿炒鸡蛋..., nuance...-_-

« Qui veut de l’omelette à la tomate ? » oups pardon, des 西红柿炒鸡蛋…, nuance…-_-

Bref, cela reste en tout cas une valeur sûre d’un point de vu gustatif, et c’est tant mieux. Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas 300 ingrédients avec 3 heures de cuisines en « back-up » que le plat n’est pas bon….je dirais presque que c’est le contraire, on va directement à l’essentiel.