Shanghai, une Chine comme une autre…

Me revoilà de passage sur Shanghai pour les vacances de Noël, entre le 20 et le 27 décembre 2012. Gentiment invité par des amis, je profite de l’éloignement de Xi’an pour faire un peu le break avec ce grand village tellement chinois qu’est cette ville. Shanghai, son côté cosmopolite et international assumé lui donnant un petit aspect occidental, je pensais me ressourcer…pas vraiment en réalité. J’avais déjà eu l’occasion de visiter Shanghaï l’année dernière, avec Me David LI en guide éclairé (et eclairant). J’ai eu le plaisir de visiter une ville telle que les cartes postales ne nous la montre pas tout en découvrant les attraits réels de cette mégalopole. Attraits proches de villes comme Hong Kong….et qui n’ont que très peu d’effets sur moi à vrai dire.

Car oui je ne suis pas du tout fan de Shanghai. Loin du quasi dégout que provoque en moi Hong Kong, Shanghai n’en reste pas moins une gigapole agrégeant tout ce que je n’aime pas : sa richesse insolente et grossièrement  affichée, son foisonnement d’expatriés en quête d’exotisme (mais pas trop!), son déni de réalité sociale… . Donc oui, je préfère de loin Xi’an à Shanghai même si je trouve quelques intérêts à cette dernière. Je vous ferais partager les photos de mes précédents voyages pour tout ce qui est des lieux comme le Bund, 南京路 et ses commerces aux lumières outrageantes ou encore la Concession Française…je n’ai pas l’intention d’y retourner.

Mais commençons la visite par un aperçu depuis la chambre de mes amis:

Shanghai, la vraie

Shanghaï, la vraie

C’est clair que ça contraste avec les belles mamages (« image », en langue parent gaga débile d’enfant de moins de 3 ans) du Bund ou encore de la Concession Française. Mais c’est aussi ça Shanghai : une métropole comme une autre, avec son smog quasi-permanent, ses bidonvilles, ses grattes ciel d’habitations. Non pas que je me gorgeonne de ces paysages ou encore de la pauvreté, non! En fait tout dépendra de l’image et de la perception que vous souhaitez vous faire mais j’ai l’impression que les tenants de la ligne  » la Chine c’est surtout Shanghai-Hong Kong – Beijing » tiennent souvent la barre. Ce genre de villes de doit pas devenir un paravent  de mémoire collective, oubliant la magnificence de son histoire et de ses errements passés.

Bref, le lendemain de mon arrivée, je vais chercher mon billet de train pour le retour (16h de couchettes, ça annonce un reportage explosif…ou pas), et j’en profite pour visiter le bidonville en question.

"Les Portes de l'Enfer"....vraiment ?

« Les Portes de l’Enfer »….vraiment ?

Point de glamour dans ce bas monde mais plutôt une micro ville dans la ville. Un vrai quartier tortueux (et torturé) au Nord de la grande artère qu’est 陆家浜路 (Lu Jia Bang Lu), proche de 浦东 (Pu Dong). Mais j’y découvert une vie réelle et organisée, plus proche de l’idée que je me fais d’une grande ville ne semblant pas trop se préoccuper de ses « laissés pour compte ». Les Chinois pauvres, un peuple malheureux ? Hé bien figurez vous que non et c’est bien ce qui caractérise les Chinois en général : le sourire et la gaieté comme rempart à la Vie. Ici un marché typique, loin de canons de l’hygiènisme occidental

Un marché comme un autre

Un marché comme un autre

Là un « bouiboui » pour y déguster un riz cantonnais bien réconfortant en ce temps particulièrement humide.

Boui...

Boui…

...boui

…boui

 

 

 

 

 

 

 

 

Là c’est sur, par un étranger si ce n’est bibi en chef. Une petite ballade en me perdant pour de faux (mais pour de vraie en fait, merci le GPS) pour ressentir cette Chine, ivre de vie, non encore standardisée selon les normes occidentales de la réussite en Société. On s’y plait à se balader, à sourire devant les Chinois qui n’osent même pas vous aborder par un tonitruant « HALLO!! » (Hello, en Chinglish) tout en vous regardant un peu interloqué par votre présence ici. En attendant, la vie continue et je restais un client potentiel pour eux, un curiosité de 5 secondes quoi!

Mais je dois quitter peu à peu ce paysage certes de pauvreté, mais qui semble encore sentir une forme d’humanité qui n’a pas été tuée sous l’arrogance étouffante qui semble parfois se dégager de Shanghai…dommage!

L'Europe ? Non, la belle Shanghaï

L’Europe ? Non, la belle Shanghai

Publicités

3 réflexions sur “Shanghai, une Chine comme une autre…

    • Je te le confirme. J’aurais bien aimé y passé mes années d’étudiant. Après c’est une ville qui a aussi son charme : la magnifique Concession Française etc… mais je reste globalement imperméable aux lumières de cette cité, à toi de te faire ton idée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s