Je suis en vacances, veuillez laisser un message après le clic

Les examens étant officiellement finis depuis le jeudi 10 janvier 2013, je me suis envolé directement pour la région du Shandong (山东省), 2ème région la plus peuplée de Chine. Là, j’y ai déjà visité les principales villes et notamment la ville natale de ce cher Confucius (孔子). Je suis actuellement à 淄博 (Zibo, prononcez « Zeubo »), la plus grande agglomération du 山东 mais loin d’être la plus connue.

Ensuite, du 19 janvier au 4 février 2013 c’est la Thaïlande (« le pays du sourire », c’est comme ça qu’ils appellent les putes là bas) et le Laos (le pays des Éléphants).

Promis donc à mon retour:
Un article sur 济南 (Préfecture de la Région)
Un article sur 曲阜 (La patrie de Confucius, bordel)
Un article sur 淄博 (La capitale industrielle, je sais que vous en rêvez)
Quelques images des sœurs sourire et de la famille de Babar.

Je vous fais de gros zoubis et n’hésitez pas à parcourir
encore et encore les différents articles du blog.

Publicités

Qu’est ce qu’on mange

Ca fait un petit moment que je me demande encore quel plat ou quel type de plat m’enchante le plus au quotidien. L’évidence s’est vite imposée à moi à vrai dire, puisque j’en mange quasiment tous les jours, j’ai nommé les 凉菜 (Liang Cai, littéralement « Plats froids ») .

Il s’agit de « l’entrée » dans l’ordre gastronomique chinois, encore qu’il faut savoir qu’il n’y a pas d’ordre vu que tout est quasiment servi en même temps. Mais comme il s’agit d’un plat froid et déjà préparé à l’avance, c’est le premier plat apporté sur la table quand il est commandé. Mais quoi qu’est-ce ? Globalement il s’agit d’un mélange (au choix) de cacahuètes au sel, du concombre en tranches, des haricots blancs en saumure, du tofu en lamelle ou bien des morceau de « pâte », sans oublié le céleri et le piment. En fait, il n’y a pas « un » 凉菜 mais « des » 凉菜, bien que l’on retrouve des ingrédients incontournables comme ceux mentionnés ci-dessus.

Le classique du 凉菜

Le classique du 凉菜

C’est typiquement le plat que je commande à chaque fois, quitte à bouffer plus que de raison (ouais je prends un peu, mais on s’en fout en fait), en accompagnement du plat principal. Parfait pour picorer en attendant le plat chaud, tout en se buvant une bière et en fumant un clope…les meilleurs moments de la vie, croyez moi.

Après il existe d’autres types de 凉菜 qui font un peu moins « pot pourri » de saveurs :

Céleri et tranches de tofu

Céleri et tranches de tofu

Pousses de soja germées et ...tofu (non, c'est pas de la mie de pain, mais le goût est proche ^^)

Pousses de soja germées et …tofu (non, c’est pas de la mie de pain, mais le goût est proche ^^)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Y’en a pour tous les goûts et les prix varient de 7Y à 10Y l’assiette. Je trouve cela relativement cher comparé à un plat chaud que l’on commande au même endroit, plus roboratif et plus élaboré, mais bon, je ne sais toujours pas pourquoi. Bref, on se régale.

Cacahuètes : un grand classique pour savoir si vous maniez vraiment les baguettes à la perfection! Finger in the nose me concernant

Cacahuètes : un grand classique pour savoir si vous maniez vraiment les baguettes à la perfection! Finger in the nose me concernant

 

Comment…je suis rentré de Shanghai en train

Suite et fin de mon périple à Shanghai…bon ça fait déjà 2 semaines à vrai dire. La période de révision pour les examens, qui se déroulent actuellement, ne m’a pas trop permis de mettre à jour rapidement le blog.

Les prix exorbitants de l’avion (minimum 500Y) m’ont convaincu de prendre le train pour le retour. Cela ne me déplait pas finalement, et ce n’est pas la première fois que je le prends, donc l’effet « aventure » est faible. Il faut savoir que le train en Chine ne brille pas par sa rapidité, hormis pour les lignes TGV spécifiques. D’ailleurs, il existe 4 types de train circulant sur le réseau ferroviaire chinois. Les trains sont identifiés par une lettre précédent son numéro :

  • Les trains « K » , abréviation de  快速  (Kuai Su => rapide) : le train le plus lent (sic) mais aussi le moins cher. C’est donc le train ROOTS!

En fait la Chine, c’est comme le train indien…mais à l’intérieur des wagons, pas à l’extérieur ^^

  • Le train T, abréviation de 特快 (Te Kuai => particulièrement rapide) : s’entend le train  » le plus rapide », hors ligne TGV….ne vous attendez pas à dépasser les 150km de pointe… »particulièrement rapide » qui disait

Tient, Depardieu pense comme moi ^^

  • Le train Z, abréviation de 直达 (Zhi Da => direct) : le train avec le moins d’arrêt. On reste toutefois loin de la vitesse de pointe tant espérée

Hoo le Raincy, l’ilôt des riches en terre (pelée) de Seine Saint Denis

  • Le train D, abréviation de 动车 (Dong Che =>voiture qui se meut) : que de poésie pour désigne un train qui peut atteindre à l’aise les 300km/h. C’est l’équivalent du TGV mais avec le plus grand réseau ferroviaire au monde : Beijing <-> Canton en 8 heures (2 300km).

Tout ça pour dire que j’ai eu le droit à un train « T » c’est à dire, le « plus » rapide. S’entend en chinois : 16 heures pour faire 1 600km….100km/h de moyenne, on a déjà vu plus rapide. L’avantage du train en Chine est qu’il part rarement en retard et est même susceptible d’arriver un peu en avance. Vu la durée du voyage, j’ai opté pour le train couchette.

Voici mon ticket

Voici mon ticket

Le ticket se décryptant comme suit :

上海 à 西安 ; Train numéro T 138

Départ : 27 décembre 2012 – Départ (开始) 15:56

Voiture (车) 6, compartiment n°18 (号), couchette inférieur (下铺)

– Nouvel air conditionné (新空调) et couchette « dure » (硬卧)

Tarif : 333Y (les couchettes inférieures étant les plus prisées, donc plus chères, car plus pratiques)

Let’s go pour la gare, sous une pluie battante! Les gares chinoises étant particulièrement grandes, des salles d’attente entièrement aménagées permettent d’attendre dans une ambiance « électrique  » . Avant cela, obligation de passer l’ensemble des bagages au rayon X et portique de sécurité…mais les contrôles sont plus formels qu’autre chose.

Dans les startings blocks

Dans les startings blocks

Hop! Hop! En Chine, fais comme les chinois donc j’applique : je pousse, je bouscule et je piétine les impudents qui m’empêcheraient d’atteindre au plus vite mon compartiment pour poser mes affaires dans le porte bagage le plus « safe ». A l’entrée de chaque wagon, on montre son ticket à une froide et moche charmante et souriante agent ferroviaire. En échange  de quoi, elle échange votre ticket comme une carte en plastique….pourquoi ? j’ai jamais compris pourquoi.

A vrai dire, un train en Chine c’est comme un train en France, notamment les trains couchettes. La différence majeure étant que les compartiments ne sont pas fermés.

Dans le ventre de la Bête!

Dans le ventre de la Bête!

Comment ça, "pas exotique" ?

Comment ça, « pas exotique » ?

Normalement, dans un train pareil, je suis censé être l’attraction pendant tout le voyage. Les questions les plus classiques y passent : d’où tu viens, est-ce que tu es marié (L.O.L…), depuis combien de temps tu apprends le chinois etc. Normalement, on m’invite à grignoter des graines de tournesols dont les « coquilles » jonchent le sol en guise de moquette. J’ai même un fois (Belgique Power) été invité à boire le débouche chiotte qu’ils osent appeller 白酒 (Alcool blanc). Ca c’est d’habitude….

Mais cette fois_ci, makache bolo ! Il ne s’est rien passé pendant 16 heures : même pas un bonjour dans les entres wagons (« salles fumeur »), lieu où j’échange cigarette sur cigarette en général. Personne ne se parlait. Bref, un voyage plutôt chiant. Au moins, ça aura été reposant à défaut d’être passionnant.

L’autre particularité du train en Chine, ce sont les vendeurs ambulants (acrédités par la société ferroviaire nationale) qui passent toutes les 20 minutes : l’un vend des magazines, des livres et des cartes, l’autre des fruits frais, encore un passe avec ces plats tout préparés. Le plus courant étant le vendeur « épicier ambulant » : boissons, cigarettes, nouilles instantanées, saucisses, gateaux. Le tout dans une chariote étroite pouvant passer entre la paroi et les couchettes.

A manggggeeeeeerrr!!

A manggggeeeeeerrr!!

Le mieux étant de faire comme les chinois avant de monter à bord : acheter tout plein à boire et à manger, et tout consommer pendant le voyage. Perso j’adore, et cela revient moins cher que d’acheter chez le vendeur ambulant. En plus, manger pour passer le temps, y’a pas mieux!

Bref, arrivé le lendemain matin à 8:30 à Xi’an, mon partenaire de langue 刘帅 était gentiment venu me chercher. A Xi’an, voici à quoi ressemble la gare l’été :

Directement sur les remparts :), magnifique!

Directement sur les remparts :), magnifique!

En tout cas, pas mécontent d’être rentré à la « maison »

Bye Bye Shanghai

Bye Bye Shanghai

Mais Shanghai, c’est aussi…

N’allez pas croire que je déteste Shanghai. C’est plus son charme qui ne m’atteint pas qu’autre chose. Mais sachez qu’ il y’a de belles choses à voir à Shanghai. Après pour ce qui de l’atmosphère chacun y sera plus oui moins sensible. Quand j’ai visité Shanghai l’année dernière, j’ai été particulièrement touché par 3 quartiers en particulier. Ainsi, je vous fais partager mes impressions de l’année dernière.

  • Le Bund (外灘 – Wai Tan)

Grande promenade bordée d’une part, par la rivière Huangpu (黄浦), d’autre part par un certain nombre de batiments à l’architecture particulièrement remarquable. Ce sont généralement des banques et des administrations proches du commerce et de la finance. Pour ce qui est du détail, je vous renvoie une fois encore à Wiki. Mais pour ce qui est de la vue remarquable sur la rivière ainsi que l’autre rive ( (浦东 – Pudong, le nouveau district), voici le spectacle assez impressionnant mine de rien (et de crayon, ça va on

Un petit air de New York...bon j'y suis jamais allé^^

Un petit air de New York…bon j’y suis jamais allé^^

la connait)

Et voilà (Merci David)!

Et voilà (Merci David)!

 

 

 

 

 

 

 

Vu sur Puxi (浦西), l'Ouest de la rivière

Vu sur Puxi (浦西), l’Ouest de la rivière

Le quartier des affaires de Pudong avec la "Perle d'Orient" (Tour de TV)

Le quartier des affaires de Pudong avec la « Perle d’Orient » (Tour de TV)

 

 

 

 

 

 

 

Une petite balade sur le Bund avec une bise fraiche sur la truffe en plein été, c’est relativement plaisant… à condition d’avoir la vue dégager (ce qui n’est pas souvent, vu la présence permanente d’un smog). En tout cas, c’est un lieu à ne pas rater. Vous pouvez même boire verre ou manger un morceaux dans un restaurant proche avec vue sur le Bund, classieux…mais cher!

 

  • Le quartier de l’ancienne Concession française

Quartier hautement pittoresque et qui détonne par rapport à l’idée que l’on peut se faire d’une ville comme Shanghai. L’histoire explique cette architecture façonnée par la France au temps où ce « lopin » de terre était administré par elle, jusqu’à ce que cela dégénère. Quartier également très prisé de la communauté expatriée avec les animations qui leur correspondent (bar branchés, boites, pub etc.) : faut voir les taxi faire la queue à chaque entrée de bar/boite pour venir ramasser les occidentaux ivres morts (ou pas d’ailleurs)! J’ai même eu le droit au mendiant avec un petit singe en laisse …perdent pas le Nord les Chinois ^^

Étonnant, quand on connait l'aménagement urbain de Shanghai

Étonnant, quand on connait l’aménagement urbain de Shanghai

Je me rends compte que je n’ai pas vraiment de photos du quartier en soi mais plus de boutiques assez originales : une vraie crêperie, tenue par un vrai Breton, un vrai restaurant grec etc… Ce quartier se « sent » et se vit par son atmosphère assez relax en comparaison avec le fourmillement de rues comme 南京路 (Nan Jing Lu). Il y ferait presque bon vivre. A ne pas manquer non plus : flânerie et dégustations au menu.

 

  • Les 里弄 (Li Long)

Ce sont les pendants shanghaiens des fameux 胡同 (Hu Tong) de Beijing : petites ruelles d’habitations où le linge sèche au fenêtre, où les gens cuisinent et se lavent en extérieur (bon, pas maintenant, ça caille trop). Très pittoresque également mais pas simple à trouver si l’on n’ose pas y pénétrer. Là encore, merci David!

Nous y voilà!

Nous y voilà!

Non, on n'est pas en Sicile!

Non, on n’est pas en Sicile!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà donc mon portrait contrasté de Shanghai, à vous de vous faire votre idée : viendez!!

2012 in review

Z’ont que ça à faire les lutins de chez WordPress….moi qui me demandais où était passé « Passe Partout », cherchez pas, j’ai trouvé!

Et bonne année bien chur!

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2012 de ce blog.

En voici un extrait :

600 personnes ont atteint le sommet de l’Everest en 2012. Ce blog a été vu 4 000 fois en 2012. Pour que chaque personne ayant atteint le somment de l’Everest puisse visiter ce blog, 7 ans auraient été nécessaires.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.