Il était une fois dans le Shandong (山东)… Qufu (曲阜), le berceau de Confucius

Cette fois-ci, c’est vraiment fini les vacances! Je continue donc le récit de mes pérégrinations dans le Shandong. Destination 曲阜 (Qufu, prononcez « Tchufou »), non moins connue pour avoir vu naitre et grandir LE penseur, philosophe chinois : Confucius (孔子- Kong Zi)…rien que ça…

« Nous partîmes cinq cents, mais par un prompt renfort, Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port, Tant, à nous voir marcher avec un tel visage, Les plus épouvantés reprenaient de courage…« 

En fait ça été moins épique que ça (désolé pour les amateurs de Corneille). Le 14 janvier 2013 au soir, 刘帅 et moi même avons pris le train pour rejoindre 曲阜, où nous attendait un de ses camarade d’université, tout aussi natif de la ville que Confucius lui-même (la parenté s’arrêtera là cela dit). Après 45 minutes de train, nous arrivons aux abords de 曲阜: ville complètement embrumée en raison de l’humidité ambiante et des basses températures (rien à voir à voir avec  la « brume merveilleuse de Beijing 北京« ), on ne voyait rien à 5 mètres. Cela n’a bien évidemment pas empêché notre chauffeur de taxi de rouler à tombeau ouvert. Car voyez-vous, la gare est assez éloignée du centre car les descendants du philosophe ont argué de la stricte nécessité de préserver le repos « éternel » du Sage ; repos qui aurait été troublé par les progrès du rail (on se croirait presque dans Lucky Luck!). Bref, j’ai ri (un peu).

Je vous passe le classique de la soirée du 14 février 2013 : orgie dans un 火锅, parties de jeu de cartes vinch dans un hôtel typique de la province chinoise (traduction : 3 lits dans une chambre miteuse, à la boiserie suspecte, avec salle de bain propre…mais pas trop, et une moquette que même avec des chaussons tu n’oses pas y marcher….et je ne vous parle pas des draps!). Bref, notre hôte a tout « raqué », rendant mon appréciation plus optimiste au finish. Bon, on s’en fout!

Le lendemain (15 février 2013, prenez des notes bon sang!), direction la maisonnée de Papy Confucius.

Ca a quand même de la gueule!

Ca a quand même de la gueule!

Une fois passé les remparts, on se dirige vers l’entrée où l’on arrive à obtenir un tarif étudiant pour moi (ce que je suis réellement mais en Chine il semblerait qu’ils l’appliquent alternativement aux étudiants « étrangers »…on en reparlera). On achète 2 mini guides de la vie de Confucius, et c’est partie pour la visite matinale. Je ne vous cacherai pas qu’il faisait bien froid, et l’environnement était là pour bien nous le rappeler.

Une des innombrables cours intérieures

Une des innombrables cours intérieures

Pour le reste, il s’agit donc d’une succession de battisses et de courettes dans le plus grand style architectural traditionnel chinois : on n’aime ou on n’aime pas. Me concernant j’apprécie pleinement ce style mais étant donné que j’ai déjà visité pas mal d’endroits de ce genre, l’effet était un peu éventé. Par contre, quand on ne connait pas la Chine, je trouve que cette visite vaut le détour.

DSC05507

DSC05516

 

 

 

 

 

Une fois la « propriété » visitée, nous faisons une halte pour acheter quelques souvenirs, nécessitant d’âpres négociations mais nous nous en sortons à bon compte. Nous décidons d’enchainer par le pendant le logique de la visite de la maisons, à savoir, le tombeau de Confucius, qui se trouve à 200m en traversant la galerie marchande à ciel ouvert.

Et là, amère surprise: le vendeur de ticket refuse de me faire bénéficier du tarif étudiant (contrairement au guichet de la maison de Confucius). La raison : je suis un étudiant « étranger » (留学生) au contraire de 刘帅 qui est étudiant « chinois » (学生). Par conséquent, on m’impose le « Plein Tarif ». Par principe j’ai donc refusé de payer tout court et donc ai fait l’impasse sur cette visite. Stupide, me direz-vous. Certes, mais ce que j’ai en travers la gorge, ce n’est pas tant de payer plein pot, mais l’incohérence entre les 2 guichets : on m’aurait dit de payer plein tarif dès le début, j’aurais compris et payé. Mais là, cette dichotomie tarifaire (pas mal, hein ?) m’a bloquée. Tant pis, ils auraient pu être plus « light » vu qu’en cette période et avec ce temps, personne ne visite les lieux. Tant pis pour tout le monde au final.

DSC05526

Par ici les souvenirs vinchs!

Je quitte donc les lieux en faisant un dernier au revoir au philosophe et nous nous réfugions dans un fast-food local pour déguster un grand bol de lait de soja tout chaud (il faut bien ça!). Nous nous quittons en milieu d’après-midi pour rejoindre 淄博 (Zibo, prononcez « Zeubo ») via 济南 (Jinan, la capitale, je vous rappelle…). 淄博 étant la prochaine étape de mon périple, ville natale de mon partenaire de langue, 刘帅.

En tout cas, je recommande le passage à 曲阜, il y’a un réel charme dans ce village.

Publicités

2 réflexions sur “Il était une fois dans le Shandong (山东)… Qufu (曲阜), le berceau de Confucius

  1. Alors welcome ta 2e maison… Connais tu cette histoire des « doubles étrangers » ? On dirait que c’est ce qui t’est arrivé devant le tombeau de Confucius (au guichet plus exactement). Mais il t’en faudra bien plus pour te décourager… pas vrai ? Bises, cricri

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s