Nouveaux quartiers en Chine ou l’effet « Disney » urbain : exemple à 西安 (quartier 曲江新区)

Dans son accroissement permanent et le gigantisme toujours plus assumé de ses villes, la Chine a une drôle de tendance à rénover voire à créer certains quartiers (majoritairement résidentiels) en de véritables temples de la modernité…quitte à vite déraper dans le « too much« . Je m’explique : de mon point de vue (qui me semble toutefois plus que partagé par de nombreux expatriés), toutes les villes se ressemblent. Cela se vérifie globalement au regard de l’habitat urbain, mais aussi de l’agencement des voies de circulations, des tronçons routiers etc.

Toutefois, dans cet élan de modernité, la Chine semble vouloir imprimer sa « patte » en démontrant la rapidité mais aussi la modernité des ouvrages entrepris ; je m’explique encore. Si la tendance à l’architecture façon « soviétique » semble disparaitre petit à petit, c’est pour laisser la place à une architecture plus…dirons nous…. baroque! Baroque en soi (les dimensions, les formes, les couleurs, le nom des immeubles) mais aussi baroque par rapport à l’architecture environnante qui semble rester figée dans les années 70s. Mais au travers de ces constructions tendances « post-moderne », le gouvernement chinois souhaite clairement démontrer que la Chine est plus que tout un pays développée, moderne et surtout, prompt à attirer les habitants à fort pouvoir d’achat, voire quelques expatriés tant qu’à faire (et je n’en fait pas parti).

Juste derrière mon université, on peut dont trouver l’un de ces quartier complètement rénové dans un style architectural prompt à vous faire oublier que vous êtes en Chine (à quelques détails près) : le quartier de 曲江新区 (Qu Jiang Xin Qu).

Premier constat, les maisons. On est bien loin des tours de 30 étages (j’habite au 11e), mais on se croirait plutôt dans un quartier pavillonnaire européen : petites maisons de 2-3 étages maximum, avec petit balcon agréable etc… je vous laisse juger, c’est assez étonnant quand on connait un peu 西安 (Xi’an).

IMG_4298

Si si, on est bien à Xi’an

Mais vous allez me dire: « On s’en fout, c’est pas la Chine ça!« . Mais si justement, là où ça détonne, c’est que l’on retrouve encore des mobiliers urbains typiquement chinois et qui, selon moi, sont complètement en décalage avec ce souhait de modernité affiché. Car juste devant cette maison, vous trouverez de multiples portiques & mobiles pour faire de l’exercice, des étirements etc… Ce mobilier urbain est présent dans tous les quartiers résidentiels puisque les chinois sont adeptes de ces exercices d’étirements, de musculation, dictés notamment par la médecine traditionnelle chinoise. Rien d’étonnant donc de voir mamie se faire les ischio jambiers en plein milieu de la journée.

IMG_4297

Autre détail de poids, la présence saugrenue d’une architecture type « ancienne Chine » mais toute aussi récemment installée à côté de ces maisons au style plutôt occidental. Et là c’est sur, on est bien en Chine.

Bienvenu en Chine...euh...

Bienvenu en Chine…euh…

Vous comprenez maintenant la dichotomie architecturale (je l’ai placé!) ? Nous sommes donc toujours à 西安 (Xi’an), dans ce nouveau quartier à l’urbanisme un peu zarbi mais bon… . Dans une volonté de donner aussi à cet endroit un peu désert et déshumanisé, une touche culturelle, les architectes n’ont rien trouvé de mieux que d’ériger une immense structure censée représenter la brillante civilisation chinoise au travers de la Dynastie Tang, dont le rayonnement prenait sa source à 西安 (Xi’an), anciennement appelée 长安 (Chang An – Longue Paix). Et je puis vous assurer que cette représentation culturelle/historique est symptomatique de cette espèce de schizophrénie politique chinoise : tirer les conséquences désastreuses de la « Révolution Culturelle » sans désavouer le grand Timonier (Mao) ET tout en remettant au goût du jour les « 4 vieilleries » : vieille culture, vieilles habitudes, vieilles idées, vieilles coutumes. Du grand art, si je puis dire :

Quel constraste!

Quel contraste!

A ceci, veuillez ajouter un peu de « propagande » qui véhicule, là aussi, une véritable schizophrénie : vieille tradition sur la forme, idée plus « communiste » sur le fond. Mais c’est drôlement bien fait, car au début j’ai cru à des affichages relatifs à une prochaine exposition de vieilles peintures et autres broderies anciennes. Mais il s’agit en réalité d’un grand plan de propagande lancé depuis l’arrivée de 习近平 (Xi Jin Ping) au pouvoir : « La Chine, mon rêve« . Et cela est décliné en d’innombrables affiches dans la même veine éditoriale.

"La Chine réalise le bonheur de tous" (à peu près)

« La Chine réalise le bonheur de tous » (à peu près)

Je reconnais que cela laisse « rêveur » (même champ lexical que le machin de propagande plus haut, pas mal hein ?……laissez tomber -__-).

Alors, je récapitule : nous avons, un habitat moderne, des reliques du passé mais modernisées, du culturel en plastique, de la propagande…hum… c’est qu’il manque encore un élément fondamental pour attirer les chinois avec un peu d’argent : un centre commercial, afin d’y exercer leur sport favori, le SHOPPING! Aussitôt dit, aussitôt fait, et dans la plus pure tradition de l’architecture rococo, voici le centre commercial 大唐不夜城 (Da Tang Bu Ye Cheng). Avec son Starbuck Coffee, son magasin Häagen Dazs, son Pizza Hut, son Wall Mart etc… brefs, tous les symboles de l’Amérique triomphante au service d’une future société de consommation bercée dans un anti-américanisme politique limite feint… La schizophrénie est surement ce qui caractérise le plus certains aspects de la vie chinoise, et c’est surement ce qui la rend aussi insaisissable…

IMG_4310

Bref, la Chine n’est donc pas épargnée par cette frénésie de modernité, quitte à prendre le risque de dévisager une fois de plus son architecture ; c’est bien dommage alors que la Chine est, à mes yeux, à un tournant lui permettant de créer son propre modèle de développement économique/culturel/sociologique, sans reproduire les désastreuses erreurs d’une certaine forme de société de consommation à l’occidental. Je souhaiterais que le futur me fasse mentir, mais c’est bien mal parti tant le Gouvernement semble, par le biais de la satisfaction des « petits besoins immédiats », avoir trouvé une nouvelle forme d’opium…

Heureusement, ces désastres architecturaux ne sont pas généralisés mais il est vrai que l’on tend vers ce modèle de modernisation urbaine. Sur certains aspects c’est effectivement dommageable, mais heureusement là aussi, la propagande est là pour nous galvauder…et nous rassurer ? Pas si sur.

"Les grandioses ancêtres de la Nation"

« Les grandioses ancêtres de la Nation »

Publicités

« Vis ma vie » pendant la Golden Week en Chine (Part II) : 南京

Après ce court épisode sur 上海 (Shanghai), direction la ville de 南京 (Nanjing, également appelé en français « Nankin »). Ville préfecture de la province limitrophe du 江苏 (Jiangsu), 南京 (Nanjing) n’est qu’à 1h30-2h en train rapide. Comparable à 西安 (Xi’an), administrativement parlant, cette ville jouit toutefois d’une plus grande croissance en raison de sa proximité avec la côte et 上海 (Shanghai). Le climat y est aussi plus « agréable » pourvu que l’on apprécie l’atmosphère plus humide car en été, c’est une fournaise comparable à 西安 (Xi’an). Elle borde le fleuve du Yangtzé (长江), et est pourvue d’un lac intérieur. Son apparence se veut résolument plus moderne que Xi’an, même si quand on s’enfonce un peu dans les ruelles ou dans les nouveaux quartiers dit « modernes » (entendre par là : zones tertiaires, zone des industries de pointe…), on pourrait presque se croire dans le 陕西 (Shaanxi). Une des grandes différences avec la ville où j’habite est la propreté : non pas en raison du fait que les chinois de 南京 (Nanjing) sont plus « propres » que ceux de 西安 (Xi’an), mais plutôt par l’absence d’une poussière permanente qui semble s’abattre continuellement sur la ville. Et je dois dire, ça rend l’air beaucoup plus respirable (du moins en apparence).

Allez, en voiture pour 南京 :

Bienvenue à 南京

Bienvenue à 南京

Une fois arrivés et placés, l’hôtel nous informe que la réservation (négociée à l’arrachée la veille)…est annulée! Je vous laisse imaginer la situation en pleine période de vacances nationales : un peu la même situation en plein pont du 15 août sur la Côte d’Azur!

On se démerde finalement pour trouver un hôtel par la simple utilisation de nos Iphone et de la connexion 3G (plutôt bonne dans la ville), et nous voici arrivés à 30min de la gare, en périphérie Nord, plein quartier des affaires ; autant dire « morbide« , sans commerces aux alentours. Ça commence bien! A tout hasard on garde le numéro de téléphone du taxi afin de pouvoir lui demander de venir nous chercher chaque matin pour rejoindre le centre ville.

  • Le Temple de Confucius (南京夫子庙)

Le temps de se reposer et zou, direction…le centre ville dans la demi-heure qui suit! La 1er étape sera la visite du temple de Confucius (南京夫子庙 – Nanjing Fuzi Miao) Tarif : 30Y plein tarif et 15Y sur présentation de la carte étudiante (en Chine). Le ministère du tourisme chinois classe ce lieu avec la note AAAAA (au dessus, c’est classement UNESCO)

Entrée en matière...classique

Entrée en matière…classique

Entrée du temple

Entrée du temple

Hormis le fait qu’il s’agisse d’un énième temple dédié à Confucius (qui a dit « blasé! » ?? Groumph!!), je vous passerai les commentaires de la visite du dit temple avec ses petites cours, des immenses statues et autres autels. Finalement le plus agréable était la succession de petits cours d’eau tout autour, surmontés de ponts typiques de l’architecture chinoise.

J'adore ces petits moments de "quiétude" (alors qu'il y'a 10000 chinois en train de me pousser

J’adore ces petits moments de « quiétude » (alors qu’il y’a 10000 chinois en train de me pousser

Le temple est hélas gâché par les alentours qui sont de véritables allées marchandes. Certaines vendent des produits soit-disant du terroir (alors que j’ai trouvé plein de produits typiques du 山东 – Shandong), d’autres des goodies relatifs aux Jeux Olympiques de la Jeunesse en 2014 à 南京. D’autres encore ne se font pas suer : des souvenirs de toute la Chine et spécialement issus des minorités ethniques. Saupoudrez le tout des classiques échoppes de nourriture, snack et autres Mac Donald, KFC et Starbuck Coffee et vous aurez la définition exacte de tout bon site touristique chinois qui se respecte.

  • Le lac Xuanwu (玄武湖)

Une fois le tour terminé, nous nous dirigeons tranquillement vers le lac intérieur (玄武湖 – XuanWu) de 南京 (Nanjing). Pour nous y rendre, nous empruntons le métro pourvu de 2 lignes, desservant assez bien la ville. Descente à la station 菇楼 (Gu Lou) sur la ligne1.

Entrée du Lac Xuanwu (玄武湖)

Entrée du Lac Xuanwu (玄武湖)

Là aussi un lac assez classique dans une configuration que l’on retrouve dans de nombreuses villes : bassin quasiment séparé en 2 par un très grand ponts stylisé, prompt à la ballade champêtre. Celui de 杭州 (Hang Zhou) reste toutefois le plus joli et le plus agréable. Le site est classé AAAA et l’entrée est gratuite. Reste la possibilité de prendre une petite embarcation en binôme ou en groupe, à voiles pédales ou à vapeur moteur.

Nous avons opté pour le binôme à moteur pour la modique somme de 40Y/1 heure et 100Y de caution.

Nous ne serons pas les seuls à voguer

Nous ne serons pas les seuls à voguer

La journée n’aura pas été de tout repos mais nous l’aurons bien exploité. Le diner s’est fait dans un restaurant occidental, au 30e étage d’une grande tour du centre ville. Au menu : salade niçoise (noyée dans la mayonnaise + sauce américaine), entrecôte purée (délicieuse mais purée froide) et enfin, tiramisu glacé (bourk!). Eh oui, entouré de tant de chinois à la fois, j’ai craqué en me réfugiant dans la nourriture occidentale…et j’en n’ai pas honte! A bientôt pour la suite : la visite de la Montagne pourpre et le mausolée de Sun Ya Tsen.