Le quartier des calligraphes à Xi’an (南门儿)

En prévision de la reprise prochaine des cours, notamment celui de calligraphie, je me suis dit qu’il serait peut être temps de renouveler un peu son matériel. Dans mon cas, changer de pinceau et acheter un nouveau pot à encre, lestement « explosé » le semestre dernier en voulant faire du rangement. Allez hop, direction la Porte Sud des remparts de la ville, communément appelée  » 南门儿 » (Nan Men – Sud Porte –  en ajoutant un « eure » trainant, dans la plus pure tradition de l’accent du Nord de la Chine).

Accessible facilement en métro ou en bus (de très nombreuses lignes), la Porte Sud accueille le quartier des « calligraphes » et autres commerces y afférant.

L'accueil par une pagode

L’accueil par une pagode

Au pied des remparts s’alignent donc une successions de petites échoppes vendant aussi bien des pinceaux de toutes sortes et de tous poils ( nan, pas en poil de….) que des supports de calligraphies, des bijoux etc…. . Un vrai repère à touristes en devenir. Car même si on les voit trainer dans les parages, ils sont souvent attirés par la possibilité de se balader sur les remparts, juste au dessus. Ne me considérant pas comme un touriste (sisi, j’assume), je suis parti à la quête de mon matériel en bon professionnel de la calligraphie (mais si!).

Oh putain y'a du choix!

Oh putain y’a du choix!

Je ne résiste pas à flâner la truffe au vent , tout en faisant semblant d’ignorer la surprise sur le visage de certains vieux chinois. Par ici, certains jouent au Mahjong ‘麻将 », par là, certains font des démonstrations de calligraphie aux badauds curieux, aussi bien chinois qu’étrangers. En longeant la porte, direction Est, sur votre droite vous pourrez trouver un grande cours qui semble occupée par de « vrais » calligraphes qui vivent de leur art. Il reproduisent notamment des textes de penseurs et poètes chinois. Parfois en gros caractères, parfois en pattes de mouches. Un travail d’une minutie inimaginable en conservant une forme d’esthétisme épurée qui l’est tout autant. Mais surtout et malgré les apparences, ce petit quartier respire une forme de tranquillité « relative » et bienvenue après le brouhaha ambiant de 西安 (Xi’an)

IMG_20130223_171747

Je reviens à mes moutons et procède à mes achats auprès d’un des nombreux commerces à qui j’arrive à négocier un petit rabais de 5Y sur le pot d’encre, sous pretexte que c’est un modèle d’exposition. Pinceau + pot = 30Y soit   3€70 (il est bien évident que j’aurais certainement pu m’en tirer pour moins cher si : 1. j’étais chinois ; 2. je parlais le dialecte local, le 陕西话).

Mais après une balade d’une bonne demi-heure, je décide de redescendre vers le quartier animé de la Tour de la Cloche (钟楼 – Zhong Lou), en plein samedi (pour ainsi dire, un pure suicide puisque cela équivaut pour un même jour au quartier des Halles à Paris MAIS multiplié par 10)!

IMG_20130223_171511

Reste à savoir comment rentrer chez moi pour la fin de la balade : bus ou métro…je vous laisse deviner

C'est pas gagné!

C’est pas gagné!

Publicités

La semaine des cadeaux (Made in China)

Cette semaine a été effectivement riche en surprises et en cadeaux (j’annonce tout de suite : non, je n’ai toujours pas eu la bonne surprise d’avoir l’eau chaude [sic]).

Lundi 29 octobre 2012 : la cadeau « calligraphie »

Et le cadeau est de taille puisqu’il vient directement du professeur de calligraphie : une calligraphie justement. A vrai dire, je n’ai pas été le seul à recevoir un tel présent mais chacun en a eu une différente, calligraphiée de la main même du professeur. La magie dans mes yeux quand il m’a annoncé qu’il m’offrait cette calligraphie après l’avoir présentée à tout le monde : quelle fierté!

J’avoue que je ne sais plus ce que cela veut dire…

Mine de rien (et de crayon), ça a de la gueule et démontre encore la finesse et la profondeur artistique que revêt la calligraphie chinoise. Après on y est sensible ou non, mais à mes yeux tout est dit.

Mardi 30 octobre 2012 : la cadeau « camarade de classe »

En effet, un de mes camarades de classe coréen (celui avec qui j’étais allé au Parc Forestier de Tai Ping 太平) était revenu de 15 jours de voyage en Italie (pour son boulot). Fervent chrétien (je laisse le soin à mon père de m’expliquer le pourquoi du comment de l’implantation du catholicisme en Corée du Sud, c’est son domaine!), à ma grande surprise, il m’a offert un pendentif en bois. En provenance direct du Saint Siège (non pas les toilettes, le Vatican, bande d’ignares!), j’ai été particulièrement touché par son geste et le remercie encore pour sa générosité et sa gentillesse. Merci 高光喜!

 

Vendredi 2 novembre 2012 : la cadeau « camarade » 同志

Private joke avec moi même concernant le titre ; mais vendredi après midi, j’ai donc reçu comme cadeau une belle boite contenant 2 « pains » de thé Pu’er (普洱茶 ; pǔ’ěr chá). Thé que j’utiliserai donc sans modération pour ma gourde quotidienne de thé que j’emmène en cours. Notez la présentation de la boite ainsi que tu thé lui même, typique pour ce type de thé.

 

 

 

 

 

 

 

 

Une semaine bien chargée en somme quoi!

Le cours de calligraphie

Après vous avoir parlé des cours obligatoires à l’ Université Normale du Shaanxi, je vais vous parler un peu des cours optionnels qu’il était possible de choisir.

On avait peu le choix à vrai dire :

  • Cours de Tai -Ji-Quan (太极拳) ou « Tai Chi Shuan »

Forme d’art martial qui insiste sur le développement d’une force souple par opposition à la force physique pure. On voit de temps en temps en France des personnes agées, d’origines chinoises bien souvent, qui le pratiquent tôt le matin. Ici en Chine, ces exercices effectués souvent en pleine rue (sur une place, ou un renfoncement) sont une scène typique de la vie quotidienne. Il est tout à fait possible  de rester à côté pour observer la grâce de leurs gestes. Bon, perso je n’ai pas choisi ce cours : la peur du ridicule surement (c’est vite fait) =>

Les cheveux au vent!

  • Cours de chants traditionnels

L’intitulé du cours parle de lui-même, je ne vais pas vous faire un dessin. J’ai décliné l’hypothèse de participer à un tel cours quand on m’a demandé de porter la même bague que le « mec » sur la photo. Que voulez vous, c’est comme ça!

Genre je suis chanteur, genre je suis un mec…LUL

En même temps, je trouve que la vidéo ci-dessous a plus de classe. Pour ce genre de « chanson » j’aurais signé direct!

CHANTEUR CHINOIS par mitsuro

  • « HSK » Hanyu Shuiping Kaoshi (汉语水平考试)

Il s’agit d’un diplôme certifiant votre niveau de chinois au regard de certains degrés d’exigence. En gros, c’est un cours de formatage et autre bourrage de crane afin de bien vous conditionner pour réussir ce test. Il faut bien évidemment acheter le bouquin qui va avec et lâcher la modeste somme de 400 yuans (quasiment 50€) pour avoir le droit de s’inscrire… . Je sens que vous avez déjà deviné que n’avais pas choisi ce cours ^^. En réalité, je choisirai ce cours le semestre prochain pour la session de mai 2013, histoire de tester un niveau plus élevé et de prouver que je suis un crac!

« Mais bien sur… »

  • Cours de Calligraphie

Vous aurez donc compris que je me suis rabattu sur ce cours là. Non par dépit en réalité, mais bien par choix. S’il y’a bien une chose qui m’a tout de suite intéressée dans l’étude du chinois, c’est l’écriture. La forme des traits, l’ordre d’exécution de ceux-ci, la précision du geste (même avec un crayon)… . Tout ceci est régi par un certain nombre de règles et est divisé en de nombreux courants, dont je vous laisse le soin de prendre connaissance (ou pas!).

Armé donc : d’une pinceau, d’encre noire, d’un encrier, d’une protection de table et de très fines feuilles quadrillées, nous avons appris les rudiments du geste en écrivant les caractères suivants : 一 二 三 王 汪 .

Ohh qu’il est beau mon pinceau!

Caractères fort simples à former au crayon, ils deviennent presque une torture quand il s’agit de les « calligraphier » eu égard à une méthode différente dans l’utilisation du pinceau. C’est vraiment surprenant!

Cours de calligraphie

Le prof est particulièrement enthousiaste même si je ne comprends pas un traitre mot de ce qu’il raconte tellement il est « passionné », mais cela ne fait rien, l’esprit est là. Il est extrêmement pédagogue et n’hésite pas à vous tenir le pinceau (perche tendue!) pour décomposer le geste. Vraiment, un de mes moments préféré de la semaine : 2h concentré mais surtout 2h de quasi relaxation.

On a même la possibilité de s’entrainer chez soi puisque tout le matériel nous a été fourni (…contre 42 yuans, j’avais oublié l’essentiel^^)! Que du bonheur en somme.