Comprendre la Chine par les cartes : « les dessous de la Chine »

Au delà du jeu de mot à tendance graveleuse qui pourrait murir dans les cerveaux des plus dérangés d’entre vous (mes amis, en somme), je me suis longuement interrogé sur la façon la plus simple d’essayer de faire comprendre à l’ensemble de mes lecteurs (oui, c’est les MIENS!!! MES PRECIEEEEEUUUUX!), ce qu’est la Chine.

Je me suis remémoré l’excellente émission, longtemps diffusée sur Arte, qui se prénomme « Le dessous des cartes« . Cette émission a le mérite d’expliquer un certain nombre d’éléments tant géographiques que culturels, économiques, stratégiques, politiques etc par la seule utilisation de cartes dynamiques, éclairées par les commentaire de son présentateur Jean Christophe Victor. Ce dernier est lui même géographe et diplômé en langues chinoises à l’Institut des Langues Etrangères (INALCO).

Après visionnage de nombreuses vidéos ayant trait à la Chine, j’en ai sélectionné 4 qui me paraissent encore jouir d’une certaine actualité, même si certaines dates de 2004, soit 10 ans en arrière. Cela permet justement de se rendre compte de l’évolution particulièrement dynamique de l’Empire du Milieu. Mais surtout de la réalité des problèmes et situations auxquels est confrontée la Chine, là où ces derniers étaient à peine esquissés dans les années 2000.

Chaque vidéo dure environ 10 minutes et balaye assez largement le contexte de la Chine. Soyez bien attentif car cela explique bien des situations actuelles et dont l’actualité est particulièrement éclairante.

 

Ethnologie, géographie,migrations : un bref résumé de ce qu’est la Chine « physique » aujourd’hui

 

Une vidéo vaut mieux que 3 paragraphes d’explication =>

Une vidéo d’introduction assez brève et synthétique. Elle se focalise notamment sur la géographie du territoire chinois et qui permet ainsi de comprendre au mieux les migrations internes et le développement des zones côtières au détriment de l’intérieur du territoire. Mais aujourd’hui, ce mouvement semble « légèrement » s’inverser, et le gouvernement chinois a ,depuis, lancé de nombreuses politiques pour inciter les habitants à revenir dans les terres et développer ainsi les villes de l’intérieur comme 西安 (Xi’an), 武汉 (Wuhan), 成都 (Chengdu) ou 重庆 (Chongqing).

 

L’histoire et la conception géographique du peuple chinois de son propre pays : une actualité des enjeux géostratégiques modernes

Ou comment l’histoire d’une civilisation vieille de plus de 4 000 ans, permet d’expliquer encore bien des choses en 2014, notamment sur l’idée de « Pays sous le Ciel » ou « Empire du Milieu » et ses frontières. Ainsi, la course à l’extension territoriale vers la zone ouest (la mer), permet de comprendre les enjeux et (en partie) la raison d’une telle fermeté du gouvernement chinois à l’égard des conflits insulaires avec le Japon (Iles Diaoyu), avec les Philippines (Iles Pratas) ou avec le Vietnam (Iles Paracels). Cette vidéo est très instructive.

 

Démographie : les enjeux casse-tête de la population chinoise

Une problématique aux multiples enjeux donc certains insoupçonnés : géostratégie, urbanisation, vieillissement de la population, ressources naturelles ; l’importante population chinoise serait-elle sont propre problème ? Une vidéo très éclairante.

 

Les matières premières : enjeu premier de la vision mondiale de la Chine

Pourquoi la Chine est-elle en Afrique ? Comment la Chine diversifie-t-elle ses ressources énergétiques ? Comment se comporte-t-elle face à la pression et à la concurrence des autres nations, gourmandes en ressources, notamment le pétrole? Réponses dans cette vidéo.

 

Alors oui, je ne dis pas grand chose et me contente de poster des vidéos. Mais voilà, parfois quelques vidéos de qualité valent bien mieux qu’un long discours, d’autant plus si ce discours est donné par quelqu’un (votre serviteur) qui est loin d’être connu ( et reconnu!) comme un expert académique de la Chine. Je vous laisse vous faire votre idée sur ce pays époustouflant, son comportement et sa politique actuels, éminemment motivés par son histoire mais aussi sa survie et sa philosophie. Loin du monstre que certains médias semblent se complaire à dépeindre, la Chine joue toutes les cartes en sa possession…comme le feraient sans plus de vergognes les « vertueux » pays tels que les Etats-Unis, la France ou encore l’Allemagne. Hélas, la réalité ne souffre que de ses caricature.

Bon week-end

Publicités

2 petites expériences typiquement « Made in China »

Cette semaine, j’ai eu le droit à un double combo façon « uniquement possible en Chine ». Coups sur coups j’ai eu le plaisir (bien malgré moi) de vivre deux expériences qui pourraient être assez « propres » à la Chine. Loin de moi l’intention de généraliser et de théoriser la sociologie ou encore l’histoire de la Chine au travers de ces deux petites expériences ; mais celles-ci révèlent spectaculairement certains maux que l’on pourrait dire typiquement « Made in China ».

When Karl Marx rules the world

Désolé pour l’emploi de l’anglais, mais je ne vois pas meilleure phrase pour décrire le récit qui va suivre. On pourrait traduire ça par « Quand Karl Marx dirige/gouverne le monde »…mais ça sonne mieux en anglais (surtout si la phrase est tirée d’un morceau du groupe de death metal Deicide « When Satan rules his World »…mais je m’égare ^^).

Ce jeudi matin, j’ai eu le droit à mon premier cours d’histoire ancienne de Chine. Le cours est bien évidemment en chinois et est délivré par le professeur qui avait ouvert un module d’introduction à l’histoire de Chine en anglais. Un professeur que je connais déjà et dont les qualités scientifiques et pédagogiques sont indiscutables. Lors de ce cours introductif, j’avais toutefois bien noté que la pensée communiste guidait son raisonnement scientifique tant sur le contenu que sur la forme, mais soit.

Pour le premier cours du semestre, nous avons donc commencé par nous présenter mutuellement puis de fil en aiguille, nous évoquons le cas des minorités ethniques. Le professeur m’interroge et je luis indique qu’en France, nous n’avons pas de « minorités ethniques » au sens que les chinois lui prête : minorité distincte et demeurant sur le territoire depuis des siècles. Je ne suis pas spécialiste, mais notre histoire universaliste et assimilationniste ne semble pas permettre de reconnaitre les Bretons, Alsaciens et autres Catalans comme des minorités « ethniques » (mais corrigez moi si je me trompe). Quand à parler des Français issus de l’immigration, j’aurais clairement parlé dans le vent car pour de nombreux chinois => Noir = Afrique et Maghrébins = Arabes et rien d’autre.

Elle m’interroge néanmoins sur la présence de différents partis politiques (je n’avais pas bien compris au début, faut dire que je ne vois pas bien le rapport avec les minorités ethniques, mais bon…). Je lui réponds pour schématiser, qu’en France, 2 forces politiques principales s’opposent :

Moi – « Le Parti Socialiste donc… »

Le Professeur –  » Voilà, c’est tout! Donc il y’a un Parti Socialiste que l’on appelle 社会党 (She Hui Dang)… »

Moi – « Mais… »

Le Professeur –  » et le Président Hollande est issu du Parti Socialiste, un peu comme ici. »

Moi – « ………………..-_-‘………… »

Bon, je résume un peu mais c’était bien le fond de la conversation. Après une introduction au cours en question où le nom de Karl Marx apparaissait à chaque ligne du cours rétro-projeté, je me retrouve vaguement complice d’un raccourci idéologique sur la situation politique de mon pays. Je n’ai pas cherché à polémiquer, à vrai dire ma première pensée était plutôt du genre « Si seulement elle savait ce qui lie encore le Parti Socialiste à ses vieilles racines communistes….« . Sciemment ou non, le professeur n’a pas cherché à aller plus loin que sa démarche scientifique entièrement basée sur l’idéologie communiste.

Le plus étonnant (ou pas d’ailleurs), c’est que contrairement à ce que l’on pourrait croire, la référence idéologique est directement puisée dans les écris de Karl Marx, là ou j’aurais pensé que Mao avait une plus grande légitimité intellectuelle pour les enseignants. Là encore, un préjugé tombe même si l’on reste dans le courant du communisme, tant sur le fond que sur la méthode.

Mais bon, le fond du cours d’histoire restera antérieur à 1840, donc peu probable que l’imminence barbue répondant au nom de « KALEMASK » (comme dirait Coluche dans son sketch du « Blouson noir ») s’infiltre dans les développements historiques. Mais j’avoue avoir été très très étonné par la rapidité du raccourci employé par le professeur mais surtout par cet aura idéologique encore plus inattendu donc semble jouir la France via le parti socialiste, comme quoi. J’anticipe les critiques : je n’ai rien contre Karl Marx, je ne suis ni pour ni contre, bien au contraire….

« La moissonneuse batteuse ? Oui, elle est la-bas! »

Système de triche et réseaux sociaux

Titre pompeux pour dire : tricher en utilisant les réseaux sociaux chinois. Il faut savoir que la triche aux examens est presque un sport national en Chine. Je caricature (oui, j’ose!)…à peine! Les cas de triches pullulent dans les journaux ou encore aux travers de récits de chinois via les forum, les rencontres etc. Mon colloc’ me disant pas plus tard qu’hier qu’il avait participé à un examen en lieu et place d’une de ses cousines (cherchez pas, j’ai pas compris non plus comment cela se pouvait….).

Lors des examens de fin de semestre, nous assistons au plus grand concours de triche parmi mes camarades de classe, avec une prédominance évidente chez mes très jeunes camarades originaires des ex-républiques soviétiques d’Asie Centrale. Ils ne font que reproduire le schéma qui domine en Chine : la fin justifie les moyens dans une application cynique (consciente ou non) du proverbe chinois 入乡随俗 (Ru Xiang Sui Su – A Rome fait comme les Romains).

Mais cette fois-ci, c’est moi qui suis en cause et un peu malgré moi (préparez vos pierres!). Un ami chinois qui étudie le Français m’indique qu’il est en train de poser sa candidature pour un échange avec l’Université de Grenoble III. Jusque là rien de suspect. Ce mercredi 5 mars, il me demande si je pourrais l’aider pour une composition en français. Pas de problème et je suis dispo pour le lendemain 13h comme il me l’a demandé, sans trop savoir de quoi il retourne.

Le jeudi 6 mars à 13h02, il m’envoie donc un message pour que je confirme que je suis disponible, je réponds par l’affirmative. Pensant qu’il allait me rejoindre à l’université pour que je l’aide, à 13h06 je reçois une photo via la messagerie Wechat (微信 – Weixin) : cette photo (mal prise…) est la copie d’un énoncé d’examen sur l’impact de la consommation de viande sur l’environnement. Composition devant être effectuée en 200 mots. Il me demande de « l’aider ». Ne comprenant toujours pas bien ce qu’il attend de moi (mais qu’est ce que je peux être con moi des fois!), je lui demande quand doit-il rendre ce que je croyais être un devoir maison. Il me répond « dans 1 heure« …et là, j’ai enfin compris de quoi il retournait : mon ami était tout simplement en examen, il avait photographié l’intitulé de la question et me demandait tout bonnement de lui pondre la composition par messagerie interposée.

Je ne suis pas du genre à laisser les gens dans la merdre, mais j’étais bien tenté de le laisser dans son caca bien puant, si ça n’avait pas été pour son dossier d’échange universitaire international. Merde son avenir dépendait un peu de moi BORDAAAAYYYYLE! Ravalant mes scrupules (j’avais jamais gouté auparavant, c’est pas terrible, je déconseille!), je lui ponds une réponse argumentée se basant sur l’exemple du touffu comme source possible de substitution de la viande. Comme cela, son discours revêt plusieurs aspect susceptibles de plaire au correcteur :

  • « La protection de l’environnement, c’est trop d’la balle! » = amuse toi à dire autre chose, et t’es mort!
  •  » Le touffu est tellement chinois qu’en fait la Chine est en avance sur son temps…mais l’ignore encore » = un peu de nationalisme, ça ne fait pas de mal…en espérant que le correcteur soit chinois.
  •  » Oui, je suis prêt à changer mes habitudes alimentaires pour sauver la planète » = 1 point Greenpeace supplémentaire!

Si avec ça, son dossier n’est pas sélectionné, ben je boufferai…du touffu!

Et le pire, c’est quand je lui ai indiqué en fin de journée que je n’avais pas trop apprécié participer à un système de tricherie, il m’a répondu avec une candeur non feinte : « Mais non, parce qu’après j’ai modifié un peu les réponses que tu m’a données, tu m’as juste aidé. Et puis le surveillant nous a autorisé à garder non téléphones portables.« 

CQFD! Non seulement la triche est endémique mais elle est limite institutionnelle (mais non, ça n’a rien à voir avec la corruption…oh wait!) puisque « le surveillant nous a autorisé à garder nos téléphones portables« . Affligeant! Et que la Chine ne vienne pas s’étonner que ses diplômes sont peu valorisés en Europe (hormis certains diplômes des grandes universités de Pekin ou Shanghai) : tant que cette mentalité permissive et poreuse sur l’intégrité du déroulement des examens en tout genre ne disparaitra pas, la qualité des diplôme ne grimpera pas, même à coups d’opérations de marketing.

C’est un portable qu’il a entre les mains….(bande de dégueulasses!)

Mon humble avis sur l’article « Chine, merci et au revoir » : lettre d’un expat’ qui revient en France sur Rue89 le 12/11/13

En me levant ce matin du 13 novembre 2013, j’ai rapidement pris connaissance des nouvelles, tel un rituel quotidien immuable. La fin du 3e Plenum où s’est décidé la plupart des réformes à venir durant le 1er mandat de 习近平 (XiJin Ping) augurait donc une déferlante de dépêches et analyses en tout genre. Mais parmi ces articles, l’un a particulièrement attiré mon attention. Publié sur le « pur player » Rue89 , son intitulé particulièrement sec m’a donné l’envie d’en savoir plus sur les raisons évoquées d’un tel départ fracassant ; ce genre d’articles étant souvent l’apanage des blogs anglo-saxons dont la lecture me rebute par leurs aspects biaisés du genre  » J’ai vécu en Chine (traduction : à Shanghai ou Hong Kong) et je ne supporte pas la vie sur place après 3 semaines« ….sans commentaire.

Voici l’article en question dont la lecture me parait utile à tout point de vue. Je vais donc me permettre d’y apporter mes « humbles » commentaires et d’y préciser à mon tour mon point de vue en reprenant les intitulés principaux émaillants l’article. J’expliquerai quels sont les points sur lesquels je m’accorde (ils sont nombreux) et ceux sur lesquels je trouve que le rédacteur du dit article, manque cruellement d’analyse et de sens critiques (très nombreux sont ces points). Je vous conseille au passage de prendre connaissance de quelques commentaires (fort nombreux), histoire de vous forger votre propre opinion mais je ne pouvais pas laisser passer pareil billet dans donner mon point de vue (pas arrogant pour deux sous que je suis!)

« Chine, merci et au revoir »

Bien que le rédacteur ait le mérite de préciser que cette analyse ne saurait se généraliser, il rédige son billet comme si cela s’appliquait à n’importe quel Européen en quête « d’Eldorado » je cite « On s’imagine, malgré toute la culture que l’on peut posséder, que nous, étrangers du pays et de sa culture, pouvons arriver comme des colons, une pincée d’insolence, une de chance, une autre d’intelligence (peut-être) et y faire notre vie comme nous ne l’aurions pas pu en France ou ailleurs« .

Un peu arrogant non ? Personnellement je ne suis absolument pas venu avec ces ambitions. Je suis d’abord venu en tant que visiteur, puis étudiant et découvreur du pays sous toutes ses facettes et non pas en tant que « colon ». Insolent ? En toute honnêteté, je ne pense pas l’avoir été une seule fois et toute personne visitant ou prévoyant de s’établir dans n’importe quel pays étranger serait bien mal venu d’en posséder ne serait-ce qu’une « once », sous peine de rapidement chuter de son piédestal…et c’est effectivement ce qui est arrivé à cette personne. La chance ? C’est évident il en faut, comme partout mais certainement un peu plus dans le cas d’une expatriation, j’en suis convaincu.

Pour sa prochaine expérience d’expatriation, je lui conseillerai donc (du haut de mes petits 14 mois d’expérience) une plus grande ouverture d’esprit en arrivant dans un pays, surtout un pays comme la Chine qui nourrit autant de fantasmes.

« La Chine choisit ses immigrés »

Et c’est heureux! Mais à quoi s’attendait-il en arrivant ? Que la Chine allait lui ouvrir grand les bras et le féliciter de sa démarche d’abnégation en quittant sa terre natale, son 老乡(Lao Xiang)? Bienvenu dans la réalité de tout pays dont la culture et l’histoire sont diamétralement opposés à la culture d’immigration contrairement à la France, aux Etats-Unis ou encore le Royaume Uni! Fort d’une population de plus 1,3 milliards d’individus, la Chine a déjà fort à faire avec ses propres ressortissants pour ne pas avoir à perdre de temps en « empathie » à l’égard de ceux qui viennent chercher l « Eldorado » (ce mot sera mon fil rouge, je le sens…). Quand on entend les analystes dirent que pour créer de l’emploi la Chine actuelle doit bénéficier d’un taux de croissance de 7% minimum et que le taux de cet année sera « à peine » de 7,5%, on peut comprendre que les politiques gouvernementales ne soient pas des plus accommodantes avec les immigrés.

S’est il déjà demandé comment les immigrés faisaient en France dans leurs quêtes d’une simple carte d’un an « Vie privée & familiale » ? C’est pas tendre, je peux lui garantir, c’est même bien pire qu’en Chine alors que la France se veut être terre d’immigration. Ayant côtoyé ce genre de situation quand j’ai travaillé en cabinet d’avocats, je sais le chemin de croix que les nouveaux migrants doivent suivre pour voir, ne serait-ce que leur dossier enregistré en Préfecture. Oui, j’ai du faire la queue des 6h du matin à la Préfecture de Bobigny en Seine Saint Denis, avec déjà 150 personnes devant moi, juste pour poser le dossier d’un client qui parlait à peine le français. Même en Chine ce n’est pas comme ça. C’est bordélique ? Eh ben oui ça l’est mais en mettant en perspective avec ce que vivent les immigrés en France, c’est rien!

C’est du tracas que de procéder à l’établissement de ses papiers d’immigration en Chine ? Comme toute situation où l’on est confronté à une « Administration« , c’est « papiers », « paperasses » et compagnies avec guichet 2 par là, guichet 35 par ici etc. Car oui, la France aussi souhaite une immigration « de qualité » (je déteste ce terme) en établissant des listes de métiers dits « en tension » et parmi lesquels on retrouve les mêmes que ceux que recherche la Chine. Le « Guanxi » (关系) ? Pareil en France, même si c’est moins arbitraire et moins évident, d’expérience personnelle en France, parfois il en faut aussi pour activer un dossier et on ne se prive pas d’en user sans pour autant tomber dans la corruption. La chance, encore la chance… .

« En Chine personne ne sait jamais »

Effectivement, difficile d’avoir une information claire, précise et définitive. Je m’en rends aussi compte avec mon administration scolaire. A croire que l’info doit être prémâchée et transmise sous forme de « brouillon » avant de prendre un aspect définitif quelques jours, semaines ou mois après. De la à dire que c’est propre à la Chine, je pense qu’il ne faut pas généraliser et prendre son mal en patience, grande enseignement si l’on veut survivre en Chine.

« 3000 ans de culture administrative »

Quand je pense que l’on peste sur l’administration française, je rejoins complètement l’auteur de l’article. Je serais presque tenté de dire que c’est la Chine qui a inventé l’Administration ^^. Rien n’est clair, il faut une myriade de papiers avec le bon tampon afin d’avoir le droit d’obtenir un visa ou certains papiers. Mais avec de la méthode, on s’en sort un peu, même si je reconnais que c’est particulièrement rageant. Pour une même procédure et avec les mêmes interlocuteurs « administratifs », on peut se retrouver avec une procédure différente de la fois précédente. Maintenant, on est en Chine et la solution s’appelle : la débrouille! On n’a pas le choix, il faut se débrouiller, essayer de contourner, de s’arranger…parce que de toute façon les chinois font pareil! Et j’en reviendrais donc à cette fameuse expression bien chinoise mais tellement universelle : 入乡随俗 (Ru Xiang Sui Su) => A Rome fait comme les Romains.

Peut être a-t-il manqué de cette philosophie ? Certes, mais là aussi, cela s’apprend en côtoyant plus profondément les Chinois mais aussi en apprenant la langue, les aspects de la culture populaire et ses automatismes. Et c’est bien pour cela que je mets autant d’ardeur à apprendre quotidiennement cette langue car c’est la clé pour déverrouiller les milliers de cadenas qui barrent la route de la compréhension de ce pays de tous les superlatifs : il faut parler chinois. Le parlait-il ? A-t-il essayé de le parler, ne serait-ce que de l’apprendre ?

« En Chine, on ne vous pardonne rien »

La Chine nous prend comme nous sommes (ouep, comme Mc Donald, ils n’ont rien inventés^^), c’est à dire : des étrangers! des immigrés! NOUS NE SOMMES PAS CHEZ NOUS! Et finalement, ce n’est même pas l’administration qui vous le fait plus comprendre, non. Ce sont bien les gens que vous côtoyez au quotidien. Parce qu’une fois l’effet de surprise sur les raisons de votre présence en Chine, votre aptitude à vous exprimer dans la langue de Confucius, et les premières questions de présentations …eh bien, vous risquez de vous retrouver devant un « mur », symbolisant ce fameux fossé culturel. Ce fossé, je l’affronte tous les jours et tous les jours je m’écorche mains et genoux à remonter la pente si pentue car j’ai chuté d’avoir tenté de sauter ce fossé dans lequel je tombe inévitablement.

Par contre, étudier la langue, comprendre (essayer dirons-nous) l’histoire et la culture chinoise (par delà la visite des sites touristiques), vous permets d’appréhender ce fossé, de dénicher les aspérités, les branches auxquelles vous pourrez vous raccrocher pour mieux surmonter les obstacles. C’est inévitable car sans ça, c’est un aller-retour avec escale de courte durée. Et c’est bien ce qui est arrivé au rédacteur de cet article.

On aura bon parler un chinois dénué de toutes fautes, comprendre les rouages de la culture populaire, gloser sur l’histoire chinoise, les Chinois vous feront comprendre, à moment ou à un autre, que vous n’êtes pas des leurs, vous n’êtes et ne serez jamais chinois…et croyez moi, c’est mieux ainsi! L’ayant compris avant même d’arriver en Chine pour étudier, je pense que cela m’a sauvé de quelques désillusions. Mais je suppute l’existence d’autres « pièges » culturels dans les coins sombres ^^.

Et je le dis également souvent, tout comme les Chinois « That’s China » que je traduis particulièrement mal en « 中国特色 » (Zhong Guo Te Se) ou « particularité chinoise ».

« Les Chinois nous voient de passage »

Là aussi, l’effet « population de 1,3 milliards individus » ne joue pas en notre faveur. Les chinois sont actuellement confrontés à des changements majeurs de Société et à une rapidité telle qu’ils ont eux-même du mal à prendre le train en route. Beaucoup sont issus de la campagne, des 农村 (Nong Cun), ou on subi de plein fouet (par le biais de leurs grands parents ou parents) les affres des différentes réformes économiques (Le Grand Bon en Avant) , culturelles (La Révolution Culturelle) ou encore sociétales (politique de Deng Xiao Ping). Difficile de s’attarder sur les atermoiements d’une poignée d’expatriés dont l’image de « portefeuille à pattes » colle encore aux baskets et qui en plus seraient susceptibles de prendre leurs places dans les postes convoités. Ils se foutent complètement que vous ne compreniez pas pourquoi c’est pas comme dans « Tigre & Dragon », qui pour eux appartient à un imaginaire lointain ; inconcevable pour eux de venir en Chine avec cette idée en tête…et pourtant.

Les Chinois sont culturellement très « famille » : la famille d’abord donc. « Nous »? On est du « divertissement » au pire des « Monkey Business » : on est traqué par les entreprises qui viennent d’ouvrir leurs portes et qui souhaitent s’afficher avec un « étranger », un 老外 (Lao Wai) gage de réussite et de prospérité. Pour ce qui est du suivi, repassez une autre fois, il n’y a rien à voir! Nous sommes indubitablement une population de passage et personnellement, même si je souhaite rester le plus longtemps possible en Chine, je sais que je n’y resterais pas toute ma vie tant le choc culturel est éprouvant au quotidien ; passionnant mais éprouvant voire blasant.

Par contre pour ce qui est de l’assertion suivante : « En tout cas, c’est l’image que l’on finit par se renvoyer tant, finalement, le pays n’a rien d’autre à vous vendre et que vous aurez du mal à justifier votre présence par « l’amour de la culture chinoise ». Car oui, si vous y allez pour la culture, vous tomberez de haut et finirez par avoir le complexe de supériorité imprimé sur le crâne comme les trois quarts des étrangers vivant ici« , je me félicite de ne pas avoir cette personne en face à face, je risquerais de m’énerver.

Moi cet amour, je le revendique chaque jour et étrangement, cet amour grandit de jour en jour, c’est mon carburant du quotidien. Je ne résume certainement pas la culture à ce tombereau d’horreurs qu’il se permet d’écrire par la suite, à savoir : « Les Chinois sont idiots, les Chinois ne savent pas marcher, ne savent pas conduire, ne savent pas manger, ne savent pas se tenir, ne savent pas être courtois… « . A sa décharge, il n’exprime son idée de la sorte mais caricature à dessein son propos. Toutefois, cela est significatif d’un certain manque d’ouverture d’esprit. Qu’a-t-il appris de la culture chinoise ?

D’une part, vivre à Canton, ce n’est déjà pas faire le choix de la culture mais plutôt un choix très business, loin donc des élucubrations culturelles qui semblent pourtant faire défaut à notre cher rédacteur. D’autre part, la culture c’est le quotidien, certes, mais encore une fois c’est aussi la langue qui permet de comprendre la conception, la culture, l’histoire de la Chine et la construction « mentale » des chinois. C’est visiter des sites qui ne sont pas forcément indiqués dans le Guide du Routard, c’est parler avec les gens, questionner, s’intéresser aux questions d’actualités à mettre en perspective avec l’histoire ancienne chinoise, essayer de comprendre les évolutions de la société (et pas seulement au 20e siècle!). Mais surtout, surtout, ARRÊTEZ DE RÉSUMER L’HISTOIRE ET LA CULTURE CHINOISES A 50 ANS DE COMMUNISME…car ça fait cher payer pour une histoire vieille de plusieurs millénaire. Une fois encore, tout cela manque de recul et d’esprit « vraiment » critique. Que résumer de la Chine après seulement 12 mois ? Voyons, ce n’est pas sérieux.

« Oh! Mais j’ai de très bons amis chinois »

Le rédacteur de ce billet a une faculté particulièrement développée à tenter de vouloir gommer les différences culturelles. A ce titre, je lui enverrai bien un billet que j’avais justement rédigé sur cette problématique. Je ne m’en vente pas plus que ça, mais il me semble important de remettre les choses dans leur contexte.

Encore une fois , la barrière de la langue est particulièrement haute pour toute personne qui ne fait pas l’effort de l’apprendre, particulièrement en Chine (ou encore au Japon) où la langue de Shakespeare ne sert quasiment à rien au quotidien. Le développement est trop rapide pour les chinois ? Oui, c’est certain et les laissés pour compte son légions dans un pays que l’on dit le plus inégalitaire au monde. De là à se contenter d’un cliché dans l’instantané et dans la précipitation, il ne fait honneur ni à lui même ni à la Chine. La Chine a le défaut de ses qualités et il me paraît pertinent d’attendre avant de tirer des conclusions trop hâtives. Peut être ne serons nous pas là pour faire ce constat, mais qu’importe.

Une fois encore, 入乡随俗: combien de fois j’ai du jouer des coudes, et sans vergognes, pour entrer dans un bus ou dans le métro de Xi’an ? C’est tous les jours comme ça. Et si l’on refuse de jouer avec les mêmes armes que les chinois sous pretexte de commisération arrogantes à leurs égards, alors c’est vous que vous discrédités en vous rendant plus hautain que vous ne l’êtes. Et je me permets de dire aussi que c’est strictement la même chose à Paris aux heures de pointes, alors mettre ça sur le dos des chinois en manque e repères sociaux, c’est un peu gros à mon sens.

« Vous ne voulez pas devenir un expat’ raciste »

Dans ce paragraphe, l’auteur de l’article dresse parfaitement les lignes qui expliquent son échec cuisant : vivre dans une ville sans pour autant avoir la curiosité d’en sortir, vivre dans un quartier résidentiel d’expatriés sans volonté de s’en extirper etc… J’ai surtout l’impression qu’il souffre de la désillusion de ne pas vivre comme les expats vieilles écoles, les « vrais » expatriés au sens juridique du terme : contrat français avec détachement à l’étranger tout en conservant tous les avantages sociaux français, couplés à un package de rémunération plus que substantiel (appart et femme de ménage gratos, congés payés comme en France, super mutuelle, école privée pour les gosses etc…). Mais ça c’est fini ou quasiment! Venir en Chine avec un contrat « local », c’est accepter de bosser et de vivre comme les chinois et en connaissance de cause. Vous croyez tout de même pas que votre patron va vous surcoter outrageusement pour le simple fait que vous êtes étranger ; là encore, ça serait bien mal connaitre les chinois.

Cet article suinte de ce que je reproche le plus à ceux qui se croient légitimes à dresser un portait de la Chine: « quand il lui prend l’audace de manger un repas chinois sur une étale de rue, il a au mieux une diarrhée, au pire une indigestion (mais vous contera l’histoire de son aventure avec un œil brillant et une admiration pour l’art culinaire local). » Le fameux « j’ai mangé dans un bui-bui et j’ai frollé la mort« ! Mais merde, j’ai bouffé dans des gargotes où même mes professeurs de chinois refusent de foutre les pieds, et il ne m’est jamais strictement rien arrivé! Il faut arrêter le fantasme là aussi! Que vous ayez l’estomac fragile ou peu habitué, c’est compréhensible et normal, mais il faut arrêter cet amalgame de cuisine de rue = mort au coins de la rue! Mais bon, il pourra dire qu’il est indestructibles maintenant, si c’est bien cela dont il veut se souvenir.

Donc oui, il a bien fait de partir, pour éviter de devenir un « expat’ raciste » mais avant tout pour éviter de continuer à baigner dans un état d’esprit qui ne lui fait pas honneur, loin de la.

« La Chine vous apprend le calme« 

C’est incontestable et c’est une vertu cardinale pour survivre…mais il semble là aussi en avoir cruellement manqué, dommage! S’énerver, c’est « perdre la face » mais aussi faire perdre la face à son interlocuteur, véritable infamie en Chine (bon, j’exagère un brin, mes racines méditerranéennes surement, huhu). Plus vous vous énerverez, moins vous obtiendrez ce que vous désirez. Il faut apprendre rapidement à jouer la carte de la diplomatie, à faire bonne figure même dans la tourmente. N’oubliez pas que vous n’êtes pas chez vous, et que toute forme de passe droit est exclu (c’est le cas de la majorité des chinois d’ailleurs).

Enfin, je retiendrais le passage le plus « idiot » (d’autres mots me viennent à l’esprit mais je vais rester poli) : « J’aurais eu la chance d’apprendre ce que sont le racisme et la discrimination (positive ou non) quand on en est la victime : en tant que caucasien, blond, francophone et de province, je n’aurais pas pu l’expérimenter à ce point dans un autre pays et, il faut l’avouer, cela me rend reconnaissant de maintenant comprendre comment un simple regard peut être une insulte, comment une bête question peut être une attaque et vous donner l’envie d’exploser de colère.« 

Je crois que ce monsieur ne comprend pas bien la notion de « racisme » et le renvoie au plus vite à la nouvelle édition Larousse ou Robert (selon les affinités). Que les regards des chinois, particulièrement curieux, soient très pesants, il prêche un converti. Dans ce cas, je fuis vers Shanghai où ce phénomène est nettement moins rependu, le temps de recharger mes batteries 3-4 jours et je reviens d’aplomb sur Xi’an. Parce que s’il se plein de ça à Canton, qu’est ce que cela doit être à X’ian, là où je vis? Manque de résistance donc au regard d’autrui, à ce qui est différent. Manque aussi de capacité ou de volonté de comprendre l’autre, je me demanderais presque qui est le plus ‘raciste » dans cette situation : lui où les chinois ?

Je ne répèterais jamais assez : nous ne sommes pas chez nous, nous sommes chez eux. Ce n’est pas à eux à changer à notre égard, ils ont déjà fort à faire avec leur quotidien. Nous devons nous adapter, accepter à tout le moins comprendre et le cas échéant, quitter le pays. Car pour paraphraser et modifier une phrase de notre précédent Président de la République

« La Chine, tu l’aimes ou tu la quittes »

A bon entendeur

La rentrée, c’est maintenant!

Les cours ont effectivement repris depuis le lundi 4 mars 2013 pour un nouveau semestre plein d’apprentissage, de découvertes, blabla… . On ré-enchaine pour 20h de cours par semaine, 20h de cours de PUR CHINOIS! Vous me direz, on est là pour ça. Mais quelques petites évolutions sont apparues depuis le 1er semestre. En voiture Simone (et Micheline)!

Ce qui ne change pas

Les matières enseignées le matin, à savoir :

  • 清读 (Qing Du, lecture intensive)
Bon, chez nous c'est plus moderne

Bon, chez nous c’est plus moderne

Cours « synthétique » : étude de texte, 40 mots de vocabulaire par leçon (15 en tout pour le semestre), exercices de grammaire, questions de compréhension, rédaction…. . C’est le cours principal soit 8h par semaine. C’est aussi le plus exigeant à mes yeux.

  •  口语 (Kou Yu, conversation)
Bah ouais

Bah ouais

Cours un peu plus dynamique que le semestre dernier, ça galope déjà pas mal depuis lundi. Mais la prof est très pédagogue et ne manque pas de « caractère ». En effet, j’ai déjà eu le droit à un tacle en bonne et due forme sous prétexte que mon nom chinois (张富贵 – Zhang Fu Gui ; prénom très vieux et évidemment, démodé, très rural)…même les paysans chinois ne le donnent plus!! Je ne vous cacherai donc pas que je l’ai prise en grippe ^^. Mais comme prof, elle assure, c’est encore bien ça qu’on lui demande.

  • 听力(Ting Li – Ecoute intensive)
C'est à peu près ça quand un chinois me parle

C’est à peu près ça quand un chinois me parle

Pour ce cours, rien de nouveau : même contenu, même prof…même ennuie en cours. Disons que c’est une matière difficilement « enseignable », d’où l’ennui ambiant.

  • 写作 (Xie Zuo – Ecriture)

000_hkg2628149-600.1279618794

Tout autant que le cours d’écoute, pas grands changements en la matière, l’accent étant forcément donné sur nos capacités rédactionnelles plus que sur nos qualités orales. Toutefois, la différence entre chacune des matières est parfois bien poreuse.

La bibliothèque demeurera mon refuge privilégié permettant de travailler…tout en dormant! (ils font comme ça, je m’adapte, et toc!)

Ce qui change

Cette fois-ci, les cours « optionnels » vont m’occuper un certain temps puisque je vais en suivre pas moins de 3, à raison de 2h par matières :

  • Cours d’histoire de la Chine (moderne et/ou ancienne, j’ai pas compris) – Enseignement tout nouveau à l’Université, il sera dispensé en anglais (trop dur en chinois)! J’ai hate => Début : lundi prochain puis tous les lundi à 14h30 ;
  • Cours de Calligraphie : suite du cours du 1er semestre, normalement il y’a un niveau II. Si ce n’est pas le cas, il est fort probable que je ne poursuive pas sauf à apprendre de nouveaux sinogrammes en cours. J’adore cette matière 🙂 ;
  • Cours de HSK (汉语水瓶考试 – Han Yu Shui Ping Kao Shi) : préparation à l’examen permettant de certifier de son niveau de chinois à tous les niveaux, comme le TOEFL ou le TOIC en anglais. Je tente le niveau 5 (sur 6). Gros gros challenge de la fin de semestre!! J’y crois à mort!

Mes méthodes de travail vont également un peu évoluer, histoire de rendre l’apprentissage plus varié mais aussi plus dense :

  • Rédaction quotidienne d’un petit journal quotidien, en chinois

Journal que je ferais corriger chaque fin de semaine par mon partenaire de langue, 刘帅. Promis, je prendrais un carnet « Hello Kitty »!

Choisis ton camp!

Choisis ton camp!

  • Achat d’un quotidien chinois, toutes les semaines.

Technique qui devrait me permettre de progresser en compréhension écrite mais aussi d’appréhender la rédaction par les chinois….pour les chinois. L’objectif sera de comprendre 2-3 petits articles par semaine

  • Regarder tous les jours une série chinoise

Je vous avouerai que ça va être dur mais je ne lâcherai pas. Ce n’est pas tant la complexité de l’exercice qui me rebute que le contenu globalement assez « gnan gnan » de ce type de série mais bon. Sur les conseils de 刘帅, mon dévolu s’est porté sur « Impératices du Palais » (甄嬛传)…ça s’annonce BOOORRRIIINNNG!

En attendant, je m’attelle à ce savoureux menu gastronomique dès la semaine prochaine, histoire de me préparer mentalement à l’indigestion.Mais bon, il faut souffrir pour réussir (non, pas pour être belle). Et qui sait, avec un peu de chance, à la fin de mon initiation, je devrais ressembler à ça :

Mouais....

Mouais….