« Vis ma vie » pendant la Golden Week en Chine (Part II) : 南京

Après ce court épisode sur 上海 (Shanghai), direction la ville de 南京 (Nanjing, également appelé en français « Nankin »). Ville préfecture de la province limitrophe du 江苏 (Jiangsu), 南京 (Nanjing) n’est qu’à 1h30-2h en train rapide. Comparable à 西安 (Xi’an), administrativement parlant, cette ville jouit toutefois d’une plus grande croissance en raison de sa proximité avec la côte et 上海 (Shanghai). Le climat y est aussi plus « agréable » pourvu que l’on apprécie l’atmosphère plus humide car en été, c’est une fournaise comparable à 西安 (Xi’an). Elle borde le fleuve du Yangtzé (长江), et est pourvue d’un lac intérieur. Son apparence se veut résolument plus moderne que Xi’an, même si quand on s’enfonce un peu dans les ruelles ou dans les nouveaux quartiers dit « modernes » (entendre par là : zones tertiaires, zone des industries de pointe…), on pourrait presque se croire dans le 陕西 (Shaanxi). Une des grandes différences avec la ville où j’habite est la propreté : non pas en raison du fait que les chinois de 南京 (Nanjing) sont plus « propres » que ceux de 西安 (Xi’an), mais plutôt par l’absence d’une poussière permanente qui semble s’abattre continuellement sur la ville. Et je dois dire, ça rend l’air beaucoup plus respirable (du moins en apparence).

Allez, en voiture pour 南京 :

Bienvenue à 南京

Bienvenue à 南京

Une fois arrivés et placés, l’hôtel nous informe que la réservation (négociée à l’arrachée la veille)…est annulée! Je vous laisse imaginer la situation en pleine période de vacances nationales : un peu la même situation en plein pont du 15 août sur la Côte d’Azur!

On se démerde finalement pour trouver un hôtel par la simple utilisation de nos Iphone et de la connexion 3G (plutôt bonne dans la ville), et nous voici arrivés à 30min de la gare, en périphérie Nord, plein quartier des affaires ; autant dire « morbide« , sans commerces aux alentours. Ça commence bien! A tout hasard on garde le numéro de téléphone du taxi afin de pouvoir lui demander de venir nous chercher chaque matin pour rejoindre le centre ville.

  • Le Temple de Confucius (南京夫子庙)

Le temps de se reposer et zou, direction…le centre ville dans la demi-heure qui suit! La 1er étape sera la visite du temple de Confucius (南京夫子庙 – Nanjing Fuzi Miao) Tarif : 30Y plein tarif et 15Y sur présentation de la carte étudiante (en Chine). Le ministère du tourisme chinois classe ce lieu avec la note AAAAA (au dessus, c’est classement UNESCO)

Entrée en matière...classique

Entrée en matière…classique

Entrée du temple

Entrée du temple

Hormis le fait qu’il s’agisse d’un énième temple dédié à Confucius (qui a dit « blasé! » ?? Groumph!!), je vous passerai les commentaires de la visite du dit temple avec ses petites cours, des immenses statues et autres autels. Finalement le plus agréable était la succession de petits cours d’eau tout autour, surmontés de ponts typiques de l’architecture chinoise.

J'adore ces petits moments de "quiétude" (alors qu'il y'a 10000 chinois en train de me pousser

J’adore ces petits moments de « quiétude » (alors qu’il y’a 10000 chinois en train de me pousser

Le temple est hélas gâché par les alentours qui sont de véritables allées marchandes. Certaines vendent des produits soit-disant du terroir (alors que j’ai trouvé plein de produits typiques du 山东 – Shandong), d’autres des goodies relatifs aux Jeux Olympiques de la Jeunesse en 2014 à 南京. D’autres encore ne se font pas suer : des souvenirs de toute la Chine et spécialement issus des minorités ethniques. Saupoudrez le tout des classiques échoppes de nourriture, snack et autres Mac Donald, KFC et Starbuck Coffee et vous aurez la définition exacte de tout bon site touristique chinois qui se respecte.

  • Le lac Xuanwu (玄武湖)

Une fois le tour terminé, nous nous dirigeons tranquillement vers le lac intérieur (玄武湖 – XuanWu) de 南京 (Nanjing). Pour nous y rendre, nous empruntons le métro pourvu de 2 lignes, desservant assez bien la ville. Descente à la station 菇楼 (Gu Lou) sur la ligne1.

Entrée du Lac Xuanwu (玄武湖)

Entrée du Lac Xuanwu (玄武湖)

Là aussi un lac assez classique dans une configuration que l’on retrouve dans de nombreuses villes : bassin quasiment séparé en 2 par un très grand ponts stylisé, prompt à la ballade champêtre. Celui de 杭州 (Hang Zhou) reste toutefois le plus joli et le plus agréable. Le site est classé AAAA et l’entrée est gratuite. Reste la possibilité de prendre une petite embarcation en binôme ou en groupe, à voiles pédales ou à vapeur moteur.

Nous avons opté pour le binôme à moteur pour la modique somme de 40Y/1 heure et 100Y de caution.

Nous ne serons pas les seuls à voguer

Nous ne serons pas les seuls à voguer

La journée n’aura pas été de tout repos mais nous l’aurons bien exploité. Le diner s’est fait dans un restaurant occidental, au 30e étage d’une grande tour du centre ville. Au menu : salade niçoise (noyée dans la mayonnaise + sauce américaine), entrecôte purée (délicieuse mais purée froide) et enfin, tiramisu glacé (bourk!). Eh oui, entouré de tant de chinois à la fois, j’ai craqué en me réfugiant dans la nourriture occidentale…et j’en n’ai pas honte! A bientôt pour la suite : la visite de la Montagne pourpre et le mausolée de Sun Ya Tsen.

Publicités

Visite du Temple de Sima Qian (司马迁)

Ce week end, place à la culture avec une petit tour organisé par l’Université Normal du Shaanxi (mon université quoi…). Ce tour comprenant la visite de 2 sites biens particuliers : le temple érigé en l’hommage de Sima Qian (司马迁), puis un village typique. Sima Qian a été l’un des premiers chinois à vouloir compiler et rédiger l’Histoire de la Chine. Il était issu d’une famille de script. Le seul détail que j’avais retenu à son sujet est le fait qu’il ait été castré pour avoir défendu un traire aux yeux de l’Empereur, comme quoi on ne change pas aussi facilement.

En voiture Simone (ou en car en Bernard, ça marche aussi), direction la ville de Hansheng (韩城) à 250km au Nord de Xi’an. Forcément le lever à 6h30 du matin se fait bien sentir, et je me propose à moi même (trop aimable) de terminer la nuit dans le car, histoire de finir avec un beau torticolis et la bouche sèche (bah ouais, je dors la bouche ouverte ^^). Deux cars seront affrétés pour ce voyage d’une journée, avec quasiment un bus entier dédié à mes chers confrères Kazakhs…faut vraiment que je me mette au russe. Pour une fois, le temps de trajet aura été raisonnable pour la Chine : 3h (note la moyenne horaire quand même, et sur autoroute SVP!).

Bref, une fois arrivé sur place, je sens hélas poindre la déception doublé d’une sentiment de s’être fait escroqué niveau « authenticité du site ». Tout a été bétonné autour de la grande statut de Sima Qian avec encore des parking en constructions aux alentours. Pour le glamour, il faudra repassé, le Chinois est pragmatique, pas esthète!

« Du haut de son piédestal… » (en toc!)

Et comme on a le plaisir la chance d’être en voyage organisé, on est sommé de grouiller son cul pour visiter le site en 45 minutes montre en main messieurs, dames! Et au pas de courses!

Notez que cela reste tout de même joli

Mais il ne faut hélas pas se laisser berner, puisque tout n’est que reconstitution et qu’il a fallu finalement que j’aille sur internet pour voir à quoi ressemblait le pauvre bout de temple authentique qui avait été préservé. Bref, c’est aussi ça la Chine actuellement : face au regain d’intérêts pour certains sites touristiques, pour certains honnis des premières directions du PCC, les temples et quartiers détruits jadis sont finalement reconstruits à l’identique, quitte à lorgner sur le kitch : trop propre, trop clean, trop « bling-bling » pour respirer l’authenticité. Dommage mais je loue l’effort tout de même. Je pense que c’est aussi une première différence culturelle par rapport à la France ou encore l’Italie ou la Belgique : nous avons tendance a avoir l’oeil aiguisé pour la « vieille pierre » puisque nous vivons constamment entouré d’elle ; nous avons choisi de préserver le patrimoine plutôt que de le détruire quitte à le reconstruire par la suite. C’est aussi ça les tourments de l’histoire récente de la Chine. Mais il existe bien d’autres exemples en sens inverse…bref je m’égare.

 

Observons le panorama aux alentours…

A ma gauche…

A ma droite… (moins glam, mais plus impressionnant)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dernière petite photo du temple en lui même avec de nombreuses gravures que nous nous sommes amusés à tenter de décrypter avec mes camarades Tchèque et Ouzbek…sans résultats vous vous en douter. Mais c’était assez sympathique de tester un peu nos qualités de lecteurs de sinogrammes :). Après 45 minutes expédiées, retour au car et c’est parti destinations un restaurant de Hansheng…mais ça, c’est une autre histoire.

 

Visite au Temple de Louguantai

Un peu de tourisme aujourd’hui. Ce samedi j’ai eu le plaisir d’être invité par un pote chinois à aller visiter un village et un temple taoistes. Pour l’histoire, jusqu’à ce que l’on revienne sur Xi’an je n’avais toujours pas bien cerné le nom ni la raison de la célébrité d’un tel lieu…

Il s’agit donc du Temple de Louguantai, dans le village de Tayu (塔峪村). A 70km à l’ouest de Xi’an, ça mérite bien un petit départ depuis la Grande Pagode de l’oie sauvage.

A 5 minutes du départ, voilà la plus belle!

En bus bien évidemment….et sans place assise, c’est mieux. (à la chinoise quoi!). C’est parti pour 2h de tohubohu et klaxonnage à outrance. Car en Chine, les chauffeurs de bus semblent plus se diriger à l’oreille qu’à l’oeil!

En Chine…fait comme les chinois « 入乡随俗 »

Après s’être acquittés de 12 Yuans de bus par personne, nous nous faisons copieusement escroquer de 60 Yuans pour faire…800m en voiture pour accéder à l’entrée de la montagne!  Bref, au programme : grimpette au sommet, en traversant la forêt, pour accéder au petit (très petit) temple Taoiste. Juste avant d’y arriver, on se repose un brin et mon ami se rompt aux traditionnels achats d’encens et calligraphie.

阿毛 en plein exercice de calligraphie

Ensuite, on est redescendu pour se diriger vers la grande statue de Lao Tseu. Statue érigée en l’hommage de la composition du « Tao Tö King » (道德经), grand livre du Taoisme. Avant cela, on traverse une superbe forêt de bambou, édifiante de « sérénité »

Lao Tseu, contemplant l’infini

Après une bonne journée à crapahuter, il est hélas temps de repartir. Une petite photo finish avant de redescendre la montagne et zou!

Moi et 阿毛, un super compagnon de route et de chinois

En tout cas, une bien belle journée dans cette petite bourgade. En rentrant, on est allé manger un « Hot Pot » (description à venir prochainement) bien revigorant, vu le changement de temps en soirée (bonsoir la pluie!). Toute une journée à parler en chinois (difficilement souvent, mais c’est aussi ça l’apprentissage), en l’échange de quelques petits conseils en anglais pour 阿毛.

Vivement la prochaine

Dragon Ball Z ?