Qu’est ce qu’on mange : la soupe pimentée…de bon matin! (胡辣汤)

Reprenons les choses en mains car outre le fait que mon blog était réclamé à corps et à cris (si si), je pense que c’est encore cette petite pastille culinaire qui intéresse le plus. Encore que, « j’alimente » (pas mal, hein ?!) cette chronique que lorsque que j’estime que cela en vaut la peine.

Et aujourd’hui donc, ça en vaut la peine puisque je peux vous présenter une grande spécialité du petit déjeuner des Xi’anais (à tout le moins, de la région du 陕西-Shaanxi mais aussi sa voisine orientale, le 河南 – Henan): le (où « la », j’en sais rien!) 胡辣汤 (Hu La Tang) ou sa version plus complète, 肉丸胡辣汤 (Rou Wan Hu La Tang) => soupe/gruau pimenté aux boulettes de viandes.

Petit aparté sémantique avant tout : beaucoup semblent écrire cette soupe avec le caractère « 胡 » dont le sens ancien désigne les peuplades non Han (汉) du Nord-Ouest de la Chine, et qui pourraient donc correspondre à celles ayant longtemps vécu dans le Nord du 陕西 (Shaanxi), le 宁夏(Ningxia) et le 甘肃 (Gansu). Cela semble avoir du sens, puisque c’est une spécialité avant tout proposée par la minorité musulmane, non Han donc. Mais l’orthographe correcte semble être celle avec l’emploi du « 糊 ». Prononciation identique en son et en ton, mais sens différent puisque le caractère désigne un gruau ou congee (en anglais), texture effective de cette fameuse soupe. Fermons la parenthèse.

Cette soupe a effectivement une consistance entre la soupe et le gruau. Composée notamment de morceaux de chou, de carotte, de persil, de pomme de terre, de poivre noir et de boulettes de viandes, on y adjoint souvent des champignons noirs, communément appelés les  » oreilles d’arbres » (木耳). Ce plat est un petit déjeuner copieux et roboratif, souvent préparé dans une marmite géante et à même la rue, il est aussi accompagné de petits beignets comparables à des churros natures que l’on peut allègrement tremper (c’est important de tremper….). On trouve également des échoppes qui vendent une petit galette aux oignons et aux poireaux revenue à l’huile en accompagnement.

Des versions végétariennes sont assez courantes aussi, et cette spécialité culinaire est avant tout proposée par la minorité musulmane 回民 (Hui).

"Hu la la la" de bon matin!

« Hu la la la » de bon matin!

Forcément délicieuse, je me réserve cette soupe surtout pour les journées d’hiver rigoureuses quand bien même cela est servi de tout temps. On n’est jamais déçu à ce niveau là en Chine, et c’est heureux!

Bon appétit

Publicités

Mais qui est mon fameux ami chinois?

Petite séance « OSEF » pour les spécialistes des réseaux sociaux, notamment Twitter (Big up, I miss u so much…). Pour les autres, cela veut tout simplement dire « On s’en fout! » souvent en réponse à quelqu’un qui aurait tendance à étaler sa vie personnelle, généralement sans grand intérêt majeur. Mais en même temps c’est mon blog et je dis ce que je veux donc je vais vous parler d’une personne qui y est pour beaucoup dans ma passion pour la Chine.

Voici GENG Nan :

Mon petit « frère » chinois

Un chinois pas comme les autres et pourtant tellement « chinois ». Je l’ai rencontré fortuitement lors de mon premier voyage en Chine en 2010. Nous avons sympathisé sur un malentendu (je pensais qu’il voulais me soutirer du fric alors qu’il vous simplement discuter en anglais avec moi) lors de ma visite des grottes de Datong (classées Patrimoine Mondial de l’UNESCO, eh oui madame la marquise!). Après avoir échangé nos emails, nous avons continué à garder le contact. Dans la foulé, il m’avait proposé de venir lui rendre visite à Xi’an où il était étudiant en Désign.

J’ai donc profité de mon 2nd voyage pour la Chine en 2011 pour lui rendre visite pendant près d’une semaine. C’est à compter de cette visite que j’ai compris que c’était plus qu’un ami : un vrai petit frère. Nous avons parcouru Xi’an en long en large et en travers, avons grimpé sur la plus haute montagne sacrée du Taoisme en Chine : la Montagne Hua. J’ai chanté dans mon premier KTV (Karaoké) avec lui.

Pour mon 3e voyage (toujours en 2011), je l’ai rejoins dans sa ville natale, ZhengZhou dans le Henan. Il en a profité pour me présenter sa famille qui m’a baptisé de mon nom chinois 张富贵. Nous avons visité les Grottes de Longmen, le temple de Shaolin et la superbe ville de Kaifeng (mon marché de nuit préféré).

Enfin, pour mon 4e voyage en 2012, je l’ai rejoint dans sa nouvelle université à Guiyang (Province du Guizhou) et nous avons crapahuté pendant 7 jours : visite de FengHuang (Province du Hunan) après 6h de trains debouts et 2 heures de bus chaotiques etc…

Il m’a appris à être plus « chinois » que les autres touristes. A déceler le vrai du faux, à apprendre à négocier même ce qui n’est pas négociable, à déjouer les arnaques. Je n’y arrive pas toujours mais je repense toujours à ses conseils. Il a un côté chinois très traditionnel (notamment la conception de la famille traditionnelle, les filles etc) tout en étant plus « ouvert » à l’étranger que la plupart des jeunes chinois (hors Shanghai et Beijing on va dire, encore que) qui ne font que copier bêtement les us et coutumes occidentales sans savoir ni pourquoi ni comment…. . Il est réfléchi et particulièrement tenace et têtu, mais il a une générosité et un dévouement difficilement égalable, et pour ça, je lui tire mon chapeau. Une preuve ?

Ce mec voyant que j’allais galérer avec mon arrivée en Chine a immédiatement pris un billet de train de sa poche (sachant qu’il ne roule absolument pas sur l’argent) pour faire 30 heures de train assis et me rejoindre à mon auberge de jeunesse à Xi’an! C’est grâce à lui que j’ai : mon appart, mon inscription, internet, mon numéro de téléphone, mon visa etc… . Oui j’aurais pu faire cela par moi même mais cela n’aurait peut être pas été aussi efficace, ni si rapide. C’est plus qu’une épine, ou une écharde, c’est une poutre qu’il m’a retiré du pied! Il ne m’a pas le pied à l’étrier, il m’a directement mis sur la selle pour partir au mieux dans cette aventure.

Je lui dédie donc cet article

Zen attitude grâce à lui…faisez comme lui 🙂