L’art du renoncement ou le courage des professeurs

Et voici le premier coups de gueule de l’année et rédigé depuis mon téléphone portable tant qu’à faire.

Le semaine prochaine, c’est la fête nationale (国庆日-Guo Qing Ri) (Fondation de la République Communiste etc…), 1er octobre. À ce titre, toute la Chine profite d’une semaine de vacances durant laquelle une très grande partie des Chinois voyagent. On pourrait presque dire que c’est un avant goût des vacances du nouvel an chinois (春节-Chun Jie- Fête du Printemps): énormément de monde sur les routes, les rails, dans l’air etc…je vous laisse imaginer le boxon!

Mais le Gouvernement n’est pas fou: il convient de rattraper quelques jours « gracieusement » donnés en travaillant le Week end. Cette année cela s’articule ainsi: le dimanche 30 septembre permet de rattraper la journée du vendredi 4 octobre et le samedi 12 octobre permet de rattraper le lundi 7 octobre.

En ce sens, ce dimanche était prévu donc ma journée de cours du vendredi 4 octobre. Sauf qu’aujourd’hui la majeur partie des élèves de la classe ont indiqué au prof d’écoute (听力) leur intention de ne pas venir en cours ce dimanche quand bien même cette journée est considérée comme une une journée « normale » de classe. La prof, surement trop heureuse de l’occasion, à mollement demandé à mes camarades de confirmer leur intention de ne pas venir: manquait qu’a les prier!

Et ni une ni deux, elle décrète donc qu’il n’y aura pas cours de 8h à 10h. Position confirmée par la venue d’une responsable de la scolarité qui a redemandé confirmation de « notre intention de ne pas venir »! Belle preuve de courage et de renoncement vu le sourire complice qu’elle semblait avoir avec mes camarades Kazhaks (un ramassis de branleurs pour 90% d’entre eux) en quittant notre salle de classe.

J’étais à 2 doigts d’exploser de rage de voir un tel manque de professionnalisme et de conscience professionnelle. Mais aussi quel manque de respect à l’égard de ceux qui comme moi ont payé plus de 2 000€ leur année de scolarité et sans le bénéfice d’une bourse quelconque (pas comme les Kazkaks ou Coréens qui peuplent ma classe)

Bien sur j’aurais pu faire part de mon insatisfaction en le disant haut et fort devant tout le monde: « NON IL Y’AURA COURS! ». Car oui, en tant que « délégué de classe » (班长-Ban Zhang) mon avis compte pas mal (spécificité chinoise).

Mais pour quel résultat?
– J’aurais perdu la face en criant devant tout le monde;
– J’aurais été le seul con à venir en cours;
– Au regard de la situation, la prof aurait annulé le cours ou bien obligé à étudier pour la énième fois une chanson « pop » chinoise (suscitant en moi une expulsion de tous les liquides corporels par tous les orifices dans les 5 minutes).

Alors voilà, merci encore donc à toute l’organisation pédagogique de mon université pour son professionnalisme et son respect à l’egard tant d’eux même que des élèves. Car quand on prouve en 2 minutes que l’on se fait retourner par les élèves aussi facilement, c’est que l’on doit avoir une sacrée dose de respect pour soi…ou pas.

Et pour info, du 1er au 7 octobre je serais à 上海 (Shanghai) pour visiter les villes avoisinantes avec des amis.

Bisous quand même

Publicités

La rengaine du jour

Reprise de ma petite « chronique » hebdomadaire concernant mes écoutes du moment propres à révéler mes gouts musicaux divers mais pas si variés. Aucun lien avec la Chine donc, si ce n’est que cela m’aide parfois à mieux « voir » la Chine au quotidien. Sans cette musique, je serais peut être déjà revenu au pays du jaja et du clacos, mais je m’égare. Aujourd’hui, c’est le maître Franck Zappa qui est à l’honneur. A vrai dire, du monsieur je ne connais pas grand chose si ce n’est la très grande variété des styles musicaux abordés. On passe du rock au jazz fusion, au classique en passant par l’expérimental, l’avant garde et autre progressif. Il n’existe pas de style de musique qui n’ait pas été abordé par Franck Zappa. Aucun album ne ressemble au précédent et chaque prestation scénique est l’occasion de jouer différemment les morceaux en y ajoutant des interprétations loufoques et délirantes. Un sacré personnage à la discographie hallucinante (plus de 80 albums il me semble) et au style inégalé. Je dois cela à Bazt et je pense que mon cher franco-ricain Grég devrait apprécier cette petite dédicace. Place donc au morceau qui emporte mes oreilles actuellement.

Qui : Franck Zappa & The Mothers of Invention

TitreCamarillo Brillo

Album: Overnite Sensation (1973)

Loin d’être l’un des morceaux les plus « fameux » de Zappa, je trouve que cette chanson concentre pourtant tout ce qui le caractérise : son phrasé, les grandes constructions instrumentales et notamment la présence de nombreux instruments à vent, des changements de rythmes détonants, des chœurs, de l’humour…bref du « Zappa ».

BONUS:
Voici un des innombrables morceaux de Zappa qui m’a apprécier sa musique tant par sa musicalité que par ses paroles (si si, là il faut les écouter!) délirantes. Et le rendu live est encore plus sympa: Bobby Brown.

« C’est sympa chez toi »

Petite « private joke » pour commencer cet article concernant mon nouvel environnement de vie quotidienne. J’annonce tout de même l’absence de changement majeur par rapport à l’année dernière vu que j’habite dans la rue parallèle suivante (cherchez le petit brousouf vert « 起 », c’est là que j’habite).

Où est...?

Où est…?

Encore une fois, je suis à moins de 10 minutes à pied de l’Université, ce qui est diantrement (ça y’est je l’ai placé!) efficace quand on voit la fournée de bus prêts à dégueuler leurs passagers à chaque arrêt. Encore une fois je peux remercier mon colocataire qui s’est donné beaucoup de mal pour trouver cet appartement. Nous avons du changer de « complex » immobilier vu que celui de l’année dernière avait drastiquement augmenté ses tarifs. Mon loyer précédent étant passé de 1400Y à 1700Y hors charges ( 205€ par mois) pour 40m² habitables.

Cette fois ci l’appartement est un petit 2 pièces de presque 50m² avec air conditionnée. L’immeuble est flambant neuf et habitable mais il y’a encore peu d’habitants et l’on croise plus souvent dans l’ascenseur les ouvriers qui finissent les appartements que leurs occupants. L’immeuble, qui se nomme « 蓝山公馆 » (Lan Shan Gong Guan – « La Mansion de la Montagne Bleue »), se trouve au bout d’une petite allée en cul de sac et agréablement ombragée par platanes. Ces derniers sont d’ailleurs communément appelés « 法国梧桐 » (Fa Guo Wu Tong – Les platanes français).

DSC06554

Soit dit en passant je me suis mis au mode de vie chinois en ne prenant mes petits déjeuners qu’à l’extérieur : 包子 (Bao Zi – Petit pain cuit à la vapeur et fourrés…à pleins de trucs au choix)  au tofu et au chou blanc sauce soja [1Y à 2Y chacun], des 夹馍(Jia Mo – « Chausson » de pain avec farce au choix, je recommande les champignons hachés au piment) [2.5Y chaque] ou encre des 饼子 (Bing Zi – Petit pains fris nature, sucrés, aux poivrons etc..) [1,5Y chaque]; le tout arrosé d’un yoghourt à la paille et roulez jeunesse. J’ai mes petites habitudes dans une petite guérite à l’entrée de la dite ruelle.

Le Miaou-Miam Casba (n'importe quoi!)

Le Miaou-Miam Casba (n’importe quoi!)

Comme quoi, même dans une ville bien développée, on trouve facilement ces petits coins qui font irrémédiablement penser à la campagne chinoise. Campagne certes modernisée mais le côté « roots » est particulièrement attachant. J’en veux pour preuve les restaurants et multiples gargotes qui se situent de part et d’autre de la ruelle (qui se nomme « 农林巷 » – Nong Lin Xiang – Ruelle de l’agriculture). Je pourrais ne pas sortir de cette ruelle, tout est à portée de main : marché aux légumes improvisé, épicerie, restaurant de nouilles, restaurant de « ragou » chinois,  etc…, centre médicale ( 100% chinois, rien à voir avec nos hôpitaux), dentiste etc… . Je vous laisse en juger.

DSC06551DSC06552

 

 

 

 

 

 

Scènes typiques de la Chine actuelle, je ne me lasse pas d’observer ces petits moments simples de la Chine « en mouvement » mais terriblement terre à terre.

Voici enfin mon appartement, au 11ème étage. 2 pièces à vivre (Salon sans fenêtres -_- ; chambre), une cuisine enfin dotée de bruleurs à gaz et une salle de bain petite mais suffisante. Tout le confort, un brin spartiate mais beaucoup moins que l’année dernière. L’appartement a du être meublé par nos soins et tous les achats ont été faits sur internet vie les sites populaires tels que http://www.jd.com/ ou encore http://www.taobao.com/index_global.php (les équivalents de Amazon ou encore ebay). On a pu se meubler pour à peu près 2200Y soit 265€ comprenant table, chaises, sèche linge, lave linge, ustensiles de cuisine, vaisselle et réfrigérateur. Je vous laisse imaginer en France à combien tout cela nous serait revenu. Le tout pour 1200Y par mois et moins de 100Y de charges mensuelles ; honnêtement c’est pas cher bien que les loyers aient globalement beaucoup augmenté. Nous avons profité du fait que cet appartement provienne d’un immeuble tout neuf, à peine fini.

L’immobilier en Chine reste assez spéculatif et peu s’avérer assez précaire. D’ailleurs il s’agit d’une des plus grande revendication de la population (les 老百姓 « Lao Bai Xing » – Littéralement « les 100 vieux noms », la population « de base ») : l’accès à l’habitat. Sachant qu’en Chine, on n’achète jamais son terrain qui appartient toujours à l’Etat. On n’est propriétaire de son bien immobilier que pendant 70 ans (un peu comme les 99 ans au Royaumes Unis il me semble, les leaseholds). Passé ce délai, le bien revient de l’escarcelle de l’Etat à moins que vous soyez en mesure de racheter votre bien au tarif du marché. Bref, ce n’est pas trop trop gagné pour être proprio dans l’Empire du Milieu.

DSC06545DSC06546

 

 

 

 

 

 

A l’heure où je vous écris, je profite toujours de la connexion capricieuse de la bibliothèque de l’université mais je n’ai pas le choix. C’est aussi pour cela que je n’incruste pas trop de photos car le chargement est long. Je ne resisterais pas toutefois à vous montrer celle prise ce matin : il s’agit de femme d’un certain âges qui font de l’exercice à l’aide de raquettes à fond souple sur lesquelles est posée une balle. Cette dernière ne doit pas tomber durant les mouvements que vous effectuez…un espèce de 太极拳 (Tai Ji Quan) amélioré. Elles s’entrainaient au pied de la BU de l’université.

DSC06555

 

Devinez qui est de retour ?

Je reconnais que cela fait un peu pétard mouillé mais oui, je suis de retour en Chine (plus précisément 西安…comme l’année dernière quoi) pour une nouvelle année d’apprentissage de la langue chinoise. Pas mal de temps a passé depuis mon dernier poste mais je tiens à rassurer mon immense base de fans (au bas mot, 30 pékins) : je vais bien. Comme dirait notre Belge préféré (non, pas Johnny!) : « I’m back physically and mentaly« 

IMG_20130418_124954

Je suis arrivé en Chine le 23 août à Shanghai et y suis resté 4 jours en guise de sas de décompression avant d’affronter de nouveau la rugosité culturelle et quotidienne de 西安. Je suis arrivé le 27 au matin, en train, et mon actuel colloc (et toujours partenaire de langue) est venu me chercher. Serviable et gentil comme tout, il s’était chargé de la location de l’appartement, des achats sur internets pour meubler etc etc… bref, encore une fois j’ai laissé l’autochtone se charger de tout. Nous voici donc bien installé depuis presque 15 jours, les cours à l’université (陕西师范大学 – Shaanxi Shifan Daxue – Université Normale du Shaanxi) ont repris depuis bientôt 20 jours… tout semble fonctionner comme sur des roulettes …mais non en fait : JE N’AI PAS INTERNET CHEZ MOI! Pour ceux qui ont suivi mes aventures concernant l’eau chaude et le chauffage l’année dernière, c’est la même chose cette année mais version réseau internet. Et je peux vous dire que c’est quasiment tout aussi handicapant quand on connait ma propension à surfer sur internet, ne serait-ce que pour raconter mon humble quotidien ou quelques aventures « rocambolesques » genre « Il n’y a plus de papier dans les toilettes du restaurant, que faire ? Main droite ou main gauche ?« ). Bref, l’impression d’être coupé du monde. Vous me répondrez  » Tu n’as qu’a aller dans un café avec le Wifi gratuit ou autre subterfuge« …oui mais c’est pas pareil : plus de spontanéité dans ce que j’écris car obligé de tout préparer avant de se diriger au café et se délester de 20Y pour boire du jus de chaussette un café, juste pour boire un café…Honnêtement, ça fait chier! Mais comme l’année dernière, je vais devoir prendre mon mal en patience après que mon coloc se soit fait balader par la société prestatrice : un coups ils disent qu’ils peuvent, l’autre non, 3 jours après finalement c’est possible mais le surlendemain finalement non…That’s China, et ceux qui ont vécu en Chine ne pourront que très difficilement me contredire.

Mis à part ça, tout va bien et je recommence donc sur les chapeaux de roues. En attendant d’avoir ma propre connexion internet je vais essayer de profiter au maximum de celle de l’Université, aussi instable soit-elle. Je vais profiter de post pour vous résumer un petit peu ces 3 dernières semaines.

  • L’université et les cours de chinois

Sur ce point, également peu de changements.  Je suis au niveau 4 (四班) sur 8 et une nouvelle matière s’ajoute au détriment de 2 heures de cours de conversation. Il s’agit du cours de 视听说 (Shi Ting Shuo – « Regarder Ecouter Parler ») : en gros, on regarde un dessin animé traditionnel chinois, souvent muet, puis le professeur nous demande de raconter ce que l’on voit. D’apparence intéressant, ce cours est proprement nul à chier et d’une très grande inutilité vu comme il est enseigné. Aucune vitalité, aucun souci d’expliquer comment utiliser tel ou tel mot, c’est simple, je n’y apprends strictement rien du tout. Au moins, je sais à quoi ressemble un dessin animé traditionnel chinois : c’est un peu comme les Barbapapa chez nous! J’aurais une meilleure connexion, j’aurais fait l’effort de trouver une vidéo sur internet… Nous sommes actuellement 18 en classe, avec une très grande majorité de Coréens du Sud. Mais on retrouve les classiques Kazakhs, Kirghiz etc… à cela s’ajoute une japonaise, une indonésienne, un indien, une écossaise ainsi que mes camarades de l’année dernière. Et une fois de plus, j’ai été désigné « délégué de classe » 班长 (Ban Zhang), on ne se refait pas.

Le 10e jours du 9e mois du calendrier lunaire (soit le 10 septembre 2013), c’était également traditionnelle fête des professeurs « 教师节 » (Jiao Shi Jie), preuve que ce métier revêt encore une dimension sociale particulièrement importante (même s’ils sont payés au lance pierre, comme en France en fait ^^). Le statut du professeur est réel et il est toujours apprécié donc de souhaiter à ses professeurs une « bonne fête »…je me suis abstenu quand même. L’université était bien évidement décorée pour l’occasion.

Sculpture de fleurs

Sculpture de fleurs

  • La Chine et les Chinois

Pour le coups, ça aussi ça n’a pas changé. Le chinois reste égal à lui même : attachant mais désespérant tout autant, curieux mais pragmatique, gentil mais pas fou etc… . Les chinois restent les chinois que ce soit à Shanghai (上海) ou à Xi’an (西安) : ça grouille, ca vie sans se laisser perturber par les problèmes, les choses du quotidien. « Il faut avancer », « il faut vivre! », pragmatiques jusqu’au bout des ongles même si pour le coeur de occidental cela peut parfois manquer de chaleur ou de spontanéité à la « méditerranéenne ». J’ai repris le chemin de la piscine, faute d’ouverture de portes de la salle de gym. J’habite à  10 minutes à pied de l’université et me suis rapproché de l’arrêt de bus qui m’emmène à la piscine régionale. Là aussi, c’est un mini-bus avec un vendeur de billets à l’intérieur à qui l’on indique jusqu’où l’on va afin qu’il vousfixe le tarif correspondant. Il annonce de lui même les stations à venir, engueule les gens qui ne veulent pas se serrer comme des sardines pour laisser rentrer les nouveaux passager (à croire qu’ils doivent avoir une commission au nombre de passagers transportés entre 2 stations)! Je me demande encore comment les essieux arrivent à tenir tant je suis sur que l’on dépasse le nombre maximal de passagers autorisés à être transporté. That’s China once again… et j’adore ça!

"Un bus nommé désir"

« Un bus nommé désir »

Au fait, aujourd’hui nous sommes le 19 septembre 2013, la fête de la mi-automne (中秋节 – Zhong Qiu Jie), autrement appelée la »Fête de la Lune » par les occidentaux. Suivi le guide pour la petite histoire, je n’ai pas trop le temps pour le faire. Mais on retiendra que les Chinois savourent les fameux « Gateaux de la Lune » pendant cette période. Pâtisseries typiques aussi bien farcies avec une contenu salé que sucré, elles ont la particularité d’emporter une faible adhésion gustative auprès d’une grande partie des chinois. En effet, je n’ai jamais entendu un Chinois me dire qu’il raffolait de ces petits gâteaux…mais ça ne les empêchent pas d’en offrir dans de magnifiques coffrets. D’ailleurs le bureau de la scolarité cette année nous a offert à chacun 2 gâteaux de la Lune. Il y’a 2 ans, j’en avais ramenés au bureau dont certains étaient fourrés aux ailerons de requin…ça n’a pas fait l’unanimité je dois l’avouer et je n’y ai pas touché moi même. Mais bon, cette petite fête permet de profiter de 2 jours de vacances et les cours du vendredi seront rattrapés le dimanche matin. Pas folles les autorités chinoises,  « un pont mais pas trop quand même », voilà comment on pourrait résumer la conception du « pont » jour férié en Chine : le jour offert est rattrapé le week end précédent ou suivant directement.

Ça parait bon...mais c'est infâme! (Moi les goûts et les couleurs, je les discute!)

Ça parait bon…mais c’est infâme! (Moi les goûts et les couleurs, je les discute!)

  • Moi et le quotidien « chinois »

Mon colloc m’a trouvé un élève de français pour l’équivalent de 8h par semaine (400€ par mois), ce qui améliore quand même un peu le quotidien ou permet à minima de payer le loyer. Mais je ferait un post sur mon élève qui est particulièrement motivé et cela fait plaisir d’enseigner dans ces conditions, surtout quand on n’a pas la formation de base. Mais je me sers des livres de FLE (Français Langue Etrangère) prêtés par une amie (merci Fatiah) et ils sont parfaits même si je prépare moi-même chaque leçon.

Je me suis aussi fait alpagué par un des gérants d’un café dans la rue de mon université qui m’ont demandé de les aider pour traduire leurs offres de café en anglais contre dégustation gratuite. Comment leur expliquer que ma présence récurrente chez eux n’avait pour motivation que l’utilisation de leur WIFI ? Bref, why not c’est une belle expérience et pas trop chronophage.

Les types de graines de café

Les types de graines de café

Service à table, s'il vous plait!

Service à table, s’il vous plait!

Sarah revenue de Belgique, nous avons donc organisé notre classique (du moins, ça va le devenir) soirée « Franco-Belge » : fromage à gogo, bouteille de Bordeaux (achetée chez METRO) et petite salade composée. Le tout accompagné de 3 baguettes rances datant de la veille (on n’a pas eu mieux!). Quel plaisir! L’apéritif a naturellement été fait au pastis (et merci PERNAUD RICARD, ma STARE!)

soirée fromagesoirée fromage 2

Allez, c’est reparti pour 1 an d’étude du chinois, des chinois, de la Chine etc… En attendant d’avoir internet je ne vous cacherai pas que mes post seront plus espacés mais j’essaierais de faire mon mieux pour poster 2 fois par semaine même si cela nécessitera plus d’organisation que l’année dernière. Encore une fois c’est la Chine et comme disait le philosophe anglais  » You can’t always get what you want » (Sacré Jagger). Mais de la à ce que tout cela me fasse douter de mon amour pour le pays ?

Naaaaaaaan!

Naaaaaaaan!