Revue de Presse sur la Chine de la semaine du 27.05.13

La revue de presse hebdomadaire sur la Chine, c’est maintenant et c’est ici => http://seenthis.net/pe :)

Publicités

Comment…acheter du thé en Chine

Le thé est la Chine ce que le vin est la France : une science, un art de vivre et chaque cépage, chaque domaine à sa particularité, sa saveur. Chaque thé, chaque feuille de thé est unique en saveur, en couleur, en préparation  etc… . Si bien que l’on est vite perdu dans les choix qui nous sont proposés par le vendeur.

Ami du Thé, si tu aimes tous les thés en sachet de chez Lipton, que de temps en temps tu fais ton « kéké » en allant chez Kusmi Tea ou Mariage et Frères…tu peux donc gentiment aller voir ailleurs, car la découverte du thé chinois et très très loin des goûts imposés en Europe. Allons y !

Ce mercredi 29 mai 2013, sur proposition de mon camarade tchèque 施文 (grand fan de thé), nous sommes donc allés avec 老山 (Ouzbek) et 刘帅 (Mon partenaire de langue) dans le Nord-Est de la ville pour le Marché au thé.

Depuis l’entrée de l’Université, 45 minutes de bus et 1Y le ticket (n°408, station 万山路)

Le sort s’en mêle quand nous arrivons puisque le marché que connaissait 施文, était fermé pour cause de coupure de courant…allons ailleurs…et voilà le bonheur à nos pieds!

La rue du bonheur

La rue du bonheur

Nous entrons dans un bâtiment qui semble complètement dédié à la vente de thé, et de nombreuses enseignes semblent en cour d’installation. Nous en traversons une bonne dizaine puis bifurquons par un grand magasin spécialisé dans la vente de ….sachets vides pour les friandises et autres sacs destinés à la vente…zarb! Mais enfin, nous y arrivons, y’a pas de doute!

On y est, on y est.....

On y est, on y est…..

L’accueil est des plus chaleureux et des plus professionnel quand bien même il est évident que nous sommes étrangers, et que nous ne connaissons rien à l’art du thé. Pas de problème, on est choyé comme des roi et c’est comme ça pour tout le monde, comme le prouve l’accueil des clients qui nous ont succédés.

Nous sommes invités à nous asseoir autour d’une grande table, surplombée d’une grande dalle creusée (en pierre semblerait-il), et les tractations commencent. Un des patrons viendra nous offrir quelques cigarettes en prélude à la dégustation.

La dégustation, c'est maintenant!

La dégustation, c’est maintenant!

Va s’enchainer la dégustation de presque 6 sortes de thé : 2 thés vert (variant de 160 à 300Y les 500g soit 20-40€). Me voyant dubitatif, la serveuse me demande mes préférences, et lui explique les habitudes européennes d’un thé un peu plus « corsé ». Commence alors la dégustation de 2 sortes de thé rouge (même gamme de prix les 500g). Et là, l’extase, magnifique! Quelle saveur, quel parfum, j’ai succombé et me suis donc acheté 500g CASH! On a terminé la dégustation par du thé blanc (dont se gargarisaient les autres ainsi que la vendeuse…sauf moi ; j’avais l’impression de boire de l’eau chaude, sans saveur.) Attention : je reprécise que la saveur n’a strictement rien à voir avec les sachets de thé blanc made in Lipton, RIEN A VOIR!

D’ailleurs le cérémonial de la dégustation est assez pittoresque : on fait chauffer l’eau selon un certain degré, puis on nettoie les feuilles puis les verres avec la même eau. L’eau sert à infuser ensuite les feuilles pendant 10 petites secondes, puis filtrée pour servir le thé à peine infusé. C’est ainsi, on n’infuse pas le thé pendant 1 minute (comme chez nous), sinon c’est foutu.

Voici le "richissime" thé blanc!

Voici le « richissime » thé blanc!

On terminera par un classique thé au jasmin! Le seul thé considéré comme tel en Chine alors qu’il y’a adjonction de fleurs de jasmin (茉莉花茶 Mo Li Hua Cha), à 120Y les 500gr. Très odorant, très agréable, plus proche de ce que l’on connait en Europe mais un peu « déjà vu » ^^.

En quittant les lieux , après 1 heure pleine de dégustation, je vous avouerais que j’avais la tête qui tournait un peu en raison du mélange des sortes de thé mais aussi de la puissance aromatique des feuilles…c’est pas du sachet de super-marché!

DSC06308

Un expérience géniale, très relaxante même si la communication n’a pas toujours été simple (pour ceux qui nous imaginent bilingues après seulement 10 mois en Chine). J’y referais un tour avant de revenir en France, et cette fois-ci, j’y achèterais du thé local, du thé du 陕西 (Shaanxi).

Qu’est ce qu’on mange

Plongeons dans les saveur du 四川 (Si Chuan), région du Sud-Ouest de la Chine, bien connue pour sa gastronomie particulièrement relevée à coups de piments divers et de poivre du Sichuan. La particularité de ce dernier (en plus d’arracher littéralement la gueule!) est de provoquer une anesthésie de la bouche et des lèvres (à forte de dose, tu peux ensuite aller chez le dentiste te faire retirer une dent, même pas mal). Sensation très étonnante mais pas désagréable, surtout que la saveur de ce poivre me semble bien plus riche et parfumée que notre traditionnel poivre noir.

Je vais souvent dans un restaurant « sichuanais » proche de l’Université, histoire de changer un peu des pâtes en tout genre. Généralement ces restaurants sont pourvus de cartes avec photos et de menus relativement riche en plats (limite trop, on ne sait que choisir). Pour ces raisons, il s’agit souvent d’un repaire sur et rassurant pour les expatriés peu enclins à voir plus loin que la Grande Muraille de Chine, ou fainéants. Malgré la richesse de la gastronomie de cette région, réduire la cuisine chinoise à cette spécialité serait une lourde erreur.

Changement systématiquement de plats à chacune de mes visites, voici donc une présentation des 3 derniers à qui j’ai fait la fête sans sommation!

  • 糖醋里脊 (Tang Cu Li Ji)

Voilà un de mes préférés! Je le commande à chaque fois. Il s’agit (normalement) de morceaux de porcs cuits dans une sauce (très) épaisse aigre douce. On dirait presque de la sauce barbecue. Les morceaux de porcs coupées en « frites » sont enrobés de cette sauce et cuits au wok. Dans le restaurant auquel je vais le plus souvent, on dirait plutôt de la viande de poulet mais je n’en suis même pas sur tellement la sauce masque le goût. Initialement, je trouvais ce plat tellement étonnant, tellement « doux » que j’ai pensé que c’était un plat « inventé » par les chinois pour le palais capricieux délicat des occidentaux, mais non. C’est à se rouler par terre, et je ne connais encore personne qui n’ait pas aimé ce plat. Souvent accompagné d’un bol de riz règlementaire (cuisine du Sud oblige), le prix du plat varie entre 20 et 30Y à Xi’an!

糖醋里脊

糖醋里脊

 

  • 炒白菜 (Chao Bai Cai)

Autre grand classique de la cuisine du 四川 (Sichuan), le choux blanc sauté à la sauce soja et au piment. J’aurais du mal à décrire plus simplement ce plat puisqu’il porte en son la manière dont il est cuisiné et le principal ingrédient : « 白菜 » qui signifie choux « chinois » ou plutôt « choux blanc » (pour les puristes de la traduction), et  » 炒 » qui veut dire « sauter » (en terme de cuisson). A ceci s’ajoutera les morceaux de piments rouge, histoire de donner du goût à une sauce soja trop souvent re-cuite ^^. Classique, efficace, simple et délicieux…en vente dans toutes les crèmeries comme dirait l’autre. Le plat dépasse rarement les 20Y (au delà c’est de l’arnaque!)

炒白菜

炒白菜

 

  • Le plat mystère (KASSDEDI à MOTHER) : les tripes de porcs sautées aux poivrons, champignons et piment

L’avantage de ce genre de plat, c’est que rien qu’à l’odeur, tu comprends que cela ne peut pas être autre chose que des tripes! Au moins, y’a pas de mensonge sur la marchandise. Des tripes donc, sautées au 2 poivrons, de champignons noirs (木耳 Mu Er) et accompagnées de piment (évidemment)! Quel moelleux et quelles richesses gustatives, je ne m’en lasse jamais. Même si je conçois que le goût, et même la texture des tripes sont assez particuliers au contact du palais, les chinois excellent dans ce genre de préparation de morceaux de viande de moins en moins utilisés en France (semblerait-il à première vue).

Elle n'ose pas le dire, mais c'est le plat préféré de ma Moman! ^^

Elle n’ose pas le dire, mais c’est le plat préféré de ma Moman! ^^

Rien de plus à ajouter sur ce plat, si ce n’est que j’ai oublié le nom et que je me suis repéré à l’image de la carte… »bilingue », c’est pas encore pour tout de suite. En attendant, je mange! Bon app!

Visite du Parc national forestier de Zhu Que (朱雀国家森林公园)

Pour la dernière sortie collective organisée par notre université, quoi de mieux qu’un petit tours dans un parc national forestier ? Au vu des températures du moment, la fraicheur des arbres et des chûtes d’eau serait effectivement bienvenue. Ca ne sera pas non plus le premier parc forestier à mon tableau de chasse. Mais siiii, souvenez vous en septembre et octobre, je suis allé visiter le Parc de Tai Ping et de Xiang Yu

Cette fois-ci nous allons donc visiter le parc national forestier 朱雀国家森林公园 (à vous souhaits!). Souvent recommandé dans les guides touristiques (pour ceux qui daignent rester plus de 2 jours à Xi’an, on les remerciera), à mes yeux cela n’en reste pas moins un parc national forestier comme tant d’autres, très 一般 (Yi ban – moyen, ni plus ni moins). En plus, pour l’occasion, le temps avait radicalement changé depuis la veille puisque nous avons été gratifié d’une fine pluie permanente et d’un brouillard bas (l’effet « Forêt Tigre & Dragon » étant ainsi assuré) : idéal pour visiter selon moi.

Allez hop, RDV à 8h du matin à l’entrée du dortoir des étudiants internationaux, on nous donne notre pacquage! Pour midi ça sera donc : de la brioche (qu’ils appellent honteusement du « pain »), un oeuf dur cuit au thé, 2 saucisses façon knacki, des Tucs, une bouteille d’eau et…une barre de Snickers. Pour une fois, j’étais pas pressé de manger, c’est dire! On embarque et on arrive à 10h30 (départ à 9h), sous la pluie, bien évidemment!

Certains étaient en claquettes!

Certains étaient en claquettes!

Pour ce qui est de l’entrée, on s’est pas foutu de notre gueule, on est accueilli par un cours d’eau en furie, très certainement galvanisé par la pluie qui tombe depuis presque 48h, surplombé par de petits ponts typiques du style chinois.

Bwaaaah!

Bwaaaah!

S’en suit une ascension classique du parc. Ascension assez rapide et simple (1h15), ponctuée de quelques ponts en rondins (si si!) et de traversées de chutes d’eau. On croise quelques bouleaux aux troncs  » rouge bordeaux », très étonnant. On traverse le 龙女池 ( Long Nü Chi ou littéralement « Bain de la femme au dragon »). Haaaa les descriptions en chinois, si poétiques, j’adore!

DSC06272DSC06275

L’ascension se fait en compagnie de mes camarades habituels : 施问 (Tchèque), 老山 (Ouzbek), Martina…et Martina (toutes 2 Kazhaks).

On arrive enfin à la cascade principale et il ne nous sera pas possible d’aller plus loin, soit 1 km après, car les il y’a trop de vent au sommet du parc. De toute façon 2 gardes forestiers bloquent le passage, donc on ne va pas tenter le diable. Petite photo souvenir avant de redescendre aussi que l’on est monté.

La classe  à Dallas forcément

La classe à Dallas forcément

Et hop, on remonte dans le bus à 13h pour un retour à l’Université au pas de course. On arrive vers 14h30, après avoir dormir pendant tout le trajet, la bouche grande ouverte (la classe et l’élégance, même pendant le sommeil, ça n’a jamais été mon truc, que voulez vous!). Je soupçonne déjà des photos de moi circulant par les portables des autres tss…les chacaux chacals! Retour au bercail à 15h, vite fait, bien fait….ou plutôt, à la « chinoise » ^^. Je vous laisser apprécier, moi je vais me reposer.

La rengaine du jour (Spécial chansons chinoises)

Ce n’est pas mon genre d’écouter de genre de musique, loin de là. Mais voilà, je ne pouvais pas vous parlez de la Chine sans vous parler de certaines chansons assez « typiques », comparables à notre variété bien de chez nous. Il est quasiment systématique de trouver un cours dans l’année où les paroles d’une chanson seront abordées. Dans ce cas, des chansons d’amour sont privilégiées : rien de polémique et paroles pas trop compliquées à déchiffrées.

Étant actuellement en pleines révisions des examens de fin juin, je passe donc par la case « Écoutons cette chanson de la leçon 4 du cours de conversation! ». Eh bien pour une raison que j’ignore, je l’ai bien aimé. L’auteur interprète de cette chanson est très connue des chinois mais aussi de la diaspora. Il s’agit de Teresa TENG (son nom chinois étant : 鄧麗君). Alors je vous préviens, c’est cul-cul à mort, les clips sont kitch mais voilà, découvrir et apprécier la Chine passe aussi par la culture populaire…on a bien Diam’s en France…

Qui : Teresa TENG

Titre : 小村之戀

Voilà une chanson dans laquelle une personne évoque son amour et sa nostalgie pour son village d’enfance, village qui apparaît dans ses rêve et qu’elle aimerait rejoindre au plus vite.

Mais étrangement, cette artiste m’a implicitement suivi en Chine puisque la première chanson chinois que j’ai étudié était une autre de ses chansons : 甜蜜蜜 qui signifie « en gros », douceur, doux secret (en extrapolant).

Je vous mets là aussi un clip à la hauteur du talent (ou pas!)

Qui : Teresa TENG

Titre : 甜蜜蜜

Bonne écoute, moi en attendant, j’écoute ça 🙂