Comment…je me suis inscrit à l’Université, l’inscription définitive (2/2)

C’est pas que je suis pressé, mais j’ai l’habitude de faire les choses le plus vite possible (surtout administratives) afin de pouvoir de jouir de ces petites instants de la vie…mais je m’égare.

Lundi, avec mon ami (un petit article lui sera consacré, il le mérite), le programme était le suivant :

  • Finaliser l’inscription à l’Université Normale du Shaanxi, en gros : PAYER!
  • Récupérer un numéro de téléphone chinois : article en préparation car ce n’est aussi simple que l’on a essayé de me faire croire

Nous sommes donc arrivé à 9h au bureau des étudiants étrangers avec l’ensemble des papiers, le passeport et surtout l’ARGENT, et en liquide s’il vous plait! 170 billets de 100Y (doublements revérifié par une machine) soit 17 000Y (16 0000Y l’inscription, 400Y de frais de dossier et 600Y d’assurance) c ‘est à dire 2 130€ pour l’année, sans les livres. Ça peut paraître cher au premier abord, mais pas tant que cela vu que cela ne fonctionne pas tout à fait comme notre système éducatif.

J’étais le premier avec mon ami et la responsable du bureau se chargeait de la formation des étudiantes (et ouais, pas un mec qui parle anglais dans ce bled) qui se chargerait la fournée suivante d’étudiants étrangers. Cette bonne femme avait au moins le mérite d’être fort aimable et relativement « fluent » en anglais pour m’aiguiller durant la procédure.
On m’a également demandé de donner mon nom chinois. Ehhh oui, j’en ai un mais j’allais quand même pas vous le donner pour que vous foutiez de ma trogne….de toute façon les chinois s’en chargent allègrement à chaque fois que je leur donne mon nom : 张富贵 qui se prononce ZHANG FU GUI (pour les non initiés : djang fou goui) et qui veut dire « richesses et abondance » (hihihi, ça ne s’invente pas, même les chinois m’ont perçé à jour!)

Comme pour la banque, j’ai du remplir d’innombrables papiers en signant à chaque page en réinscrivant mon nom et prénom, ainsi que mon numéro de passeport à qui n’en voulait le plus. Après une bonne demi-heure : fini!

On s’est échappé dans le campus pour profiter de sa très grande quiétude et tranquillité, fortement appréciable

 

Un peu plus loin, on retrouvera également les installations sportives classiques du genre : piste d’athlétisme, terrains de baskets mais aussi… tables de ping pong, terrain de badminton (bah ouais, on est en Chine!).

J’ai trouvé et cherché avec bonheur la piscine qui est, hélas, ouverte. Pour l’été ça va mais l’hiver à -15°C ça ressemblera plus à une partie de Mister Freeze. Allez, cadeau la « Team Tonton » (c’était fermé) :

Dédicace à Thomas, Didier et Hughes

Next step : téléphone portable et appartement

Publicités

La rengaine du jour

Nous poursuivons notre marathon musical, et voici quelque chose de plus « couillu ». Voici la première chanson que j’ai écouté lors de mon transit entre Shanghai et Xi’an. J’avais du temps à tuer et surtout une grosse tension nerveuse à évacuer. Quoi de mieux qu’un bon vieux morceau de thrash-metal ?

 

Qui : Overkill

Titre : Bring me the night

Album: Ironbound (2010)

Là c’est vraiment du niveau « Take no prisonner in four face« !! Ca défouraille, ca galope! Les paroles ? on s’en tape! Parce que franchement, avec un titre traduit « Amène moi la nuit », on aurait rêvé mieux comme contexte. Mais l’essentiel est dans la musique. Groupe relativement assez connu dans le monde du métal, j’ai réellement découvert Overkill avec cette video après avoir vu une video du chanteur,  faire une reprise de Motörhead avec Mike Portnoy à la batterie (ex- Dream Theater) et Franck Bello à la basse (Anthrax). La reprise étant « Overkill » (restons original)…en tout cas, ça déboite sévère et ruches à miel sifflantes garantie (ça ne veut…RIEN DIRE…).

Comment…j’ai ouvert un compte en banque en Chine

Passage obligé dans le cadre d’un moyen-long séjour, l’ouverture du compte en banque s’avère plus aisé que cela peut l’être en France. A défaut, rien de ne vous empêche d’utiliser votre carte étrangère mais avec une double pénalité à chaque retrait/paiement : vous paierez des commissions supplémentaires ainsi qu’une commission au titre de la conversion en monnaie locale. A ce compte là (notez le jeu de mot : compte….banque…lol…ou pas), il est vraiment plus avantageux de prendre quelques minutes pour l’ouverture d’un compte chinois.

♠ 1er étape : Quelle banque ?

Je dirais qu’il y’a, en gros, 2 mastodontes en la matière et qu’il ne me semble pas nécessaire d’aller voir ailleurs à qualité de services identiques. Ces banques sont  la Bank of China (中国银行) et ICBC (Industrial and Commercial Bank of China). Si l’on devait comparer avec les banques françaises, c’est un peu la BNP et la Société Générale. Me concernant j’ai choisi l’une des deux (en l’occurrence, Bank of China) car je n’ai jamais eu de problème pour retirer d’argent à l’une de leurs machines contrairement à celles d’autres (qui ont toutefois pignon sur rue) telles que ABC…. . Les 2 banques précitées ont le mérite d’avoir une officine aux moins dans toutes les moyennes-grandes villes chinoises. De plus, on est à peu près sure que ces officines ne vous refileront pas de faux billets auprès des tirettes (véritable fléau en Chine).

 

♣ 2e étape : Que faut il ramener ?

Très simple : votre passeport, 20 Yuans…et un numéro de téléphone chinois!! Alors ce dernier détail m’a un peu désarçonné puisque je voulais utiliser mon compte en banque pour souscrire un abonnement auprès d’un fournisseur d’accès mobile et obtenir un numéro chinois… que je n’ai donc pas pu avoir (je vous laisse finir le raisonnement, à la fin le serpent se mord la queue!).

J’ai donc biaisé et ai utilisé le numéro de téléphone d’un très bon ami à moi. J’irais leur indiquer mon nouveau numéro de téléphone mobile dès que j’ai un numéro définitif. En tout cas, j’ai été fort étonné de ne pouvoir continuer la procédure d’ouverture de compte sans numéro de téléphone… L’importance est qu’ils y ont vu que du feux.

 

♥ 3e étape : Comment ça se passe ?

A partir de là, cela peut se compliquer si vous n’êtes pas aidé par quelqu’un (de la banque) qui parle un peu l’anglais. Sauf à avoir quelques notions de vocabulaires chinois en la matière, si personne ne parle un peu anglais, ça peut devenir sportif. J’ai eu du bol : le manager d’agence avait suffisamment de niveau en anglais pour aiguiller son agent dans ma démarche. Et c’est partie pour la signature de pas moins 6-8 papiers différents avec à chaque fois, 3 coups de tampons « officiels » : La loi du Tampon je vous dis (la perche est tendue…)!

Les 20Yuans (soit 2,51€) servant ainsi :

  • 5Y pour l’ouverture du compte et le dépôt minimum ;
  • 5Y pour la création immédiate d’une carte de retrait/paiement (mais ce n’est pas une carte de crédit)
  • 10Y pour l’utilisation de cette carte pendant un an ;

♦ Après 20 bonnes minutes, j’avais en ma possession ma carte de retrait, avec un code à 6 chiffres que j’ai pu choisir moi même ^^
Prochaine étape : l’achat d’une puce de téléphone pour mobile, finalisation de l’inscription à l’Université, le recensement auprès de la police et trouver un appartement. En attendant, je profite tranquillement des joies de l’auberge de jeunesse. Joie « d’un autre âge », vu que ma Maître de mémoire en Master 2 m’a transmis un gentil mail m’indiquant que ce n’était plus de mon âge…. . Le ton de l’humour y était et c’est sur ce même ton que je lui rappellerai, par mail,  au bon souvenir du sien (1-1, balle au centre, et toc!)

 

Zoubix

#TeamBienArrivé

Nous y voilà, le saut a été effectué et c’est à partir de maintenant que je vais pouvoir juger de mes capacités à surfer sur la vague, à voguer plus ou moins bien au grès des vents (parfois contraires).

 
Je suis arrivé hier à 23h heure locale (17h en France) après un premier vol de 11h30 et un second depuis Shanghai vers Xi’an de 2h. Ajoutez-y un soupçon de retard (Ah ça oui, les chinois ne supportent pas de voir partir un avion trop vite du coup il est en retard quoi!). Soit-il en passant, ne vous amusez pas à être en retard en cas de RDV avec des personnes, ça passe mal, question de principe….LUL!

J’ai eu le plaisir de deviser avec « Catherine », une jeune étudiante qui bosse à mi-temps dans l’auberge et qui m’a donné moultes conseils avisés. Elle a même commencé à chercher un logement pour moi, surement une collocation avec un Chinois pas loin de l’université. Ça serait l’idéal à plus d’un titre (et paie tes économies en plus ^^). J’en saurais peut être plus ce soir. Je recommande d’ailleurs très chaudement cette Auberge de Jeunesse, tout confort et vraiment bien situées en face de la « Grande Pagode de l’Oie Sauvage »

 

Vu la fatigue nerveuse, je n’ai pas beaucoup dormi. Je me suis donc levé très tôt pour anticiper les démarches administratives à venir. L’avantage étant que je suis à 20 minutes à pieds de l’Université. J’ai donc pris quelques renseignements et procèderai à mon inscription définitive lundi 27 septembre 2012…et je sens que cela va être également folklorique vu l’anglais « hésitant » bredouillé les agents du Bureau des Étudiants Étrangers.

L’étape réussie du jour : ouvrir un compte en banque à la Bank of China…mais ça fera l’objet d’un autre post.
L’aventure continue et ça ne va pas sentir le rance si tôt…

La rengaine du jour

Notre rendez-vous musical récurrent va vous permettre de vous foutre copieusement de ma gueule puisque j’ai choisi Julien Clerc.

Pour ceux qui ne sont pas trop de mauvaise foi, vous aurez compris le gros clin d’œil. Clin d’œil pour mes collègues qui me chantaient cette chanson les rares fois que je venais au bureau en blouson de cuir (« Rocky Man » dixit une en particulier). Clin d’œil à ma mère également qui un jour, découvrant le fonctionnement de Youtube (désolé maman, je me devais de le dire huhu), l’a mis à fond pour me le faire écouter en guise de message vocal.

Faut dire qu’à force de l’entendre, j’y ai pris goût à cette chanson « Coeur de Rocker ». Et puis, voyez un peu le tableau : Julien Clerc, cœur de rocker, c’est quand même assez « priceless ». Je ne parle même pas du clip « ultra-kitch » qui a au moins le mérite de faire intervenir Serge Gainsbourg en « père de rocker » désabusé. Pour ce qui est des paroles et de l’orchestration, ce sont finalement les éléments qui sauvent la chanson et c’est bien ça l’essentiel : j’aime bien 🙂

Qui : Julien CLERC

Titre : Cœur de Rocker

AlbumPas publié en album
Promis, je prévoie un truc plus « couillu » pour la prochaine chanson.En attendant, bonne écoute (et arrêtez de rire!)